Tous les bonheurs du monde – Céline Miannay

photostudio_1585308609956
photostudio_1555885361723

«À l’aube de la trentaine, le bilan de Juliette n’est pas très réjouissant : un quotidien qui lui semble vide de sens, une énième rupture amoureuse, une carrière sans intérêt… La solution : tout changer. Alors quand son employeur lui propose une mutation au Québec, elle accepte de s’envoler outre-Atlantique. Mais Juliette est loin d’imaginer les surprises qui l’attendent. Sur place, elle fait des rencontres improbables et noue des amitiés complices avec des femmes et des hommes qui, eux aussi, sont à la croisée des chemins. Et surtout, elle vit de folles aventures bien éloignées de son ancienne vie trop casanière ! Au fil de ses péripéties, on rit et on pleure, à la reconquête du bonheur. Juliette va retrouver le sourire et voir sa vie transformée à jamais : il suffit parfois d’oser pour que revienne la joie de vivre.»

photostudio_1555885425446

Le confinement me fait sortir de ma Pile à Lire un certain nombre de feel-good Books – ceux que je garde normalement pour « au cas où ». J’ai bien l’impression d’être un peu arrivée à cette fameuse situation de crise qui nécessite de lire de la littérature réconfortante. Ceci-dit, c’est plutôt une bonne nouvelle pour mes livres qui auraient pu prendre la poussière durant des mois – peut-être même des années – dans ma PAL.

Bref, tout ça pour dire que je n’ai pas hésité longtemps avant de piocher Tous les bonheurs du monde de Céline Miannay dans ma Pile à Lire. Et si vous avez la chanson de Sinsemilia dans la tête (OK, ce n’est pas tout à fait le même titre, mais c’est une sacrée incitation), bienvenue au club.

Ce qui m’a plu tout de suite, en découvrant le résumé, c’est que ce roman allait me faire voyager jusqu’à Montréal – une ville que j’ai eu la chance de visiter et que j’adore. Ce qui commençait plutôt bien.

Quand le poste de Juliette est supprimé, son employeur lui propose de partir un an à Montréal. La jeune femme que rien ne retient vraiment en France accepte l’aventure, soutenue par son père qui lui conseille de sauter sur cette occasion. Là-bas, elle va découvrir de nouveaux collègues, de nouvelles habitudes et les joies du bénévolat, en rejoignant une association qui vient en aide aux sans-abris.

Ce roman m’a procuré pas mal d’émotions. J’ai trouvé Juliette vraiment sympa, j’ai adoré retourner au Québec – même si ce n’était qu’à travers un roman -, j’ai beaucoup aimé la relation entre Juliette et son père, j’ai détesté sa mère et sa sœur. Et surtout, j’ai apprécié les personnages secondaires et le sujet des sans-abris. Et puis, il y a un peu de romance. Une romance un peu dingue, mais après tout… On nous passe bien des téléfilms de Noël en avril, alors pourquoi pas un peu de la magie de Noël dans ce roman ?

En tout cas, j’ai passé un bon moment avec Tous les bonheurs du monde ; un moment plein de réconfort. Parfait en ce moment. Non, en fait, parfait tout le temps.

photostudio_1555881547414

Tous les bonheurs du monde – Céline Miannay – City – 288 pages (janvier 2020)

3 réflexions sur “Tous les bonheurs du monde – Céline Miannay

  1. Merci infiniment pour votre jolie chronique ❤. Je suis très heureuse que vous ayez passé un agréable moment avec mes personnages au Québec 🤗.
    Au plaisir de vous lire à nouveau 😘

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s