Une case en plus – Ellen Forney

photostudio_1583267567113
photostudio_1555885361723

« Avec Une case en moins, Ellen Forney aborde la découverte du diagnostic de son trouble bipolaire chronique et les solutions qu’elle met en place pour en sortir, le tout avec humour et second degré. Dans Une case en plus, elle explique, avec ce même ton décalé, comment stabiliser son état malgré le changement drastique de son traitement. Au programme sommeil, entourage, écoute, nourriture saine et beaucoup de dessins… »

photostudio_1555885425446
Ellen Forney est une autrice et illustratrice américaine qui écrit notamment dans le New York Times. Elle est aussi enseignante en bande dessinée au Cornish College of the Arts depuis 2002. Et elle est également bipolaire. Dans Une case en moins, elle raconte la pose du diagnostic lorsqu’elle a eu trente ans, le déni, l’acceptation, les séances de psychothérapie, les périodes d’euphorie et les phases de dépression. Dans Une case en plus, elle explique comment elle s’en sort au quotidien et donne des astuces à celles et ceux qui se trouvent dans le même cas.

J’ai été attirée par le roman graphique d’Ellen Forney parce que j’ai des amies bipolaires. Du coup, même si je suis sensibilisée à la bipolarité, je trouve intéressant de creuser un peu plus le sujet. J’ai d’ailleurs eu une conversation il y a quelques jours avec une de mes amies – qui n’est pas bipolaire mais haut potentiel (difficile de ne pas me trouver tristement banale à côté de toutes ces amies étonnantes) – et elle me disait que les gens connaissaient mal la bipolarité, et la confondaient avec la schizophrénie. J’en suis tombée des nues. Mais en faisant quelques recherches sur internet, j’ai vu un certain nombre d’articles expliquant la différence entre  ces deux troubles (ce qui veut bien dire que certains font l’amalgame, sinon pourquoi écrire des articles pour différencier la bipolarité et la schizophrénie ? Écrit-on des articles pour différencier une armoire d’un canard ?).

Mais bref, revenons-en à cette Case en plus. J’ai trouvé la lecture de ce roman graphique un peu ardue, mais je pense qu’elle intéressera vraiment les bipolaires. Ellen Forney y donne conseils et astuces pour vivre au quotidien avec la maladie, comme gérer ses médicaments et faire en sorte de ne pas se demander quinze fois si on n’a pas oublié une prise. Elle donne aussi quelques astuces sur la manière d’informer ses proches. L’anecdote sur ses aveux à son petit ami est assez amusante mais un peu triste aussi, parce que j’ai réalisé que vraiment ce n’était pas simple d’être bipolaire (surtout quand les gens entendent « schizophrène »).

En tant qu’amie de bipolaire, j’ai réalisé aussi, en lisant Une case en plus, que j’avais une véritable mission de soutien. J’ai évidemment pensé à une anecdote qui concerne mon amie Wassan : « pour qui te lèverais-tu à trois heures du matin ? » (chez moi, la réponse pourrait être « personne », car il y a de grandes chances pour que je n’entende pas mon téléphone sonner au milieu de la nuit tant mon sommeil est lourd, mais sur le principe la réponse devrait être « mon amie bipolaire qui pourrait bien avoir besoin de parler, même à cette heure complètement incongrue »). Les proches sont en effet un des « points clés » nécessaires au bien-être des bipolaires. Au bien-être de tout le monde, en fait, mais encore un peu plus pour ceux qui peuvent très rapidement sombrer dans la dépression. Ellen Forney donne aussi des tips qui lui permettent d’être le mieux possible, son « Stamperos » (je ne vais pas tout vous dévoiler non plus, je vous laisse aller chercher ce que ça signifie).

Lecture ardue, mais intéressante pour comprendre une bipolaire et trouver sa place à ses côtés.

photostudio_1555881547414

Une case en plus – Ellen Forney – Delcourt – 172 pages (février 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s