Des gens comme eux – Samira Sedira

photostudio_1583781357991
photostudio_1555885361723

« Lorsque les Langlois arrivent à Carmac, ce village perdu dans une vallée montagneuse où tout le monde se connaît et se ressemble, ils font l’effet d’une apparition. Des gens comme eux, aussi riches, aussi heureux, on n’en fréquente pas. Ils se font construire un chalet impressionnant, face à la maison modeste d’Anna et de Constant. Entre les deux couples se noue une relation ambiguë, faite de fascination, de gêne, bientôt de jalousie, peut-être de racisme. Car Bakary Langlois est noir. Rien, toutefois, qui laisse imaginer que Constant puisse en venir à assassiner toute une famille.
Dans ce roman inspiré d’un fait divers, Samira Sedira nous fait entendre la femme de l’assassin, cette Anna qui porte l’opprobre de n’avoir rien deviné, rien empêché. Lors du procès, elle tente de comprendre la mécanique infernale qui a mené Constant, son amour de toujours, à une telle folie meurtrière, explorant aussi l’enfermement d’une petite communauté villageoise vivant en huis clos où l’autre – par sa condition sociale, sa couleur de peau, son appétit de vivre – subjugue et dérange… jusqu’au meurtre. »

photostudio_1555885425446

En lisant le résumé de Des gens comme eux de Samira Sedira, mes antennes à faits divers se sont mises à tourner dans tous les sens. J’aimerais, oui, j’aimerais être totalement hermétique aux faits divers et aux histoires vraies, car j’ai conscience que ce n’est pas joli-joli cette curiosité malsaine, mais que voulez-vous, je préfère être honnête, quand je lis « inspiré d’une histoire vraie », je craque. Je sais, c’est moche.

Du coup, je n’ai pas résisté, même pas essayé trois secondes de résister, et j’ai emprunté Des gens comme eux à la bibliothèque. Je ne connaissais pas la plume de l’écrivaine et comédienne et j’avais hâte de découvrir cette histoire.

Les Langlois arrivent dans un petit village. Ils font construire une maison luxueuse, roulent en Hummer et se comportent en public comme s’ils venaient de se rencontrer. Ils se touchent, s’enlacent. Ils sont magnétiques. Leur arrivée n’est pas discrète et leurs voisins, Anna et Constant, les plus proches vont rapidement entrer dans leur vie. Jusqu’à l’incompréhensible geste de Constant…

J’ai tourné et retourné dans ma tête cette chronique, ne sachant pas par quel bout la prendre. Que penser de ce roman ? Honnêtement, pas grand chose. Je n’ai pas été touchée par cette histoire et par Anna, la femme du meurtrier. J’ai été déroutée par les détails des meurtres et l’attitude de Constant à son procès. Mais aussi par les rires dans la salle quand arrive un bon mot au tribunal.

Parce que j’ai découvert il y a quelques temps le sublime Article 353 du code pénal de Tanguy Viel et que les deux romans parlent du même sujet de fond, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer. Et c’est fatal pour Des gens comme eux. Pas inoubliable, pas indispensable, pas terrible. Ça m’apprendra.

photostudio_1555881547414

Des gens comme eux – Samira Sedira – Le Rouergue – 144 pages (janvier 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s