Journal d’une Pétasse au volant – Anne-Charlotte Laugier

photostudio_1592334740501
photostudio_1555885361723

«Mais pourquoi une pétasse au volant serait plus pétasse qu’une pétasse à pied ? Parce qu’une voiture protège de tout : des autres pétasses encore plus pétasses, des hommes à petit cerveau et grosse auto, des flicaillons tatillons et des passants envahissants. Dans son cocon, la pétasse est enfin elle-même, libérée des turpitudes, c’est du moins ce qu’elle s’imagine. Chanteuse à tue-tête (souvent), romantique (un peu), vulgaire (parfois), maman (quand il faut) et mécano (le moins souvent possible), elle vit sa voiture et la transforme selon son humeur et sa météo personnelle. Tour à tour salon de coiffure, alcôve amoureuse, salle de concert, bureau ou bistrot avec les copines, son auto est le décor de sa vie et de ce roman qui aborde, sur un ton humoristique, des problèmes qui vont bien au-delà de l’anecdote.»

photostudio_1555885425446

J’ai trouvé Journal d’une Pétasse au volant d’Anne-Charlotte Laugier dans ma boîte aux lettres en rentrant du travail. J’ai trouvé cette petite attention des plus sympathiques, mais je me suis dit aussi que ce livre avait peu de chances de me plaire. Toutefois, je l’ai presque aussitôt lu, histoire de savoir si je me trompais ou pas.

Pétasse… Sur son blog, Anne-Charlotte Laugier explique : « Pour une fois, ce ne sont pas les garçons qui nous traiteront ainsi. Ce sont les filles elles-mêmes qui assumeront ce statut. » Je ne suis pas du genre à traiter les filles de pétasses, ce n’est pas un terme affectueux dans ma bouche. Je ne suis pas une pétasse, plutôt une gentille. Et je n’aime pas particulièrement les nanas qui ne sont pas sympas, qui scannent les autres et les prennent de haut, ça va à l’encontre de mes idées féministes.

L’héroïne de ce roman adore les voitures, la mécanique et la vitesse. Et elle se revendique Pétasse. Ultra féminine, sexy – ce qui n’empêche pas son mari d’aller voir ailleurs – et le verbe incisif. Elle a de la répartie et une démarche joliment chaloupée. Son mari pris la main dans le pot de confiture, elle décide de prendre sa valise et son ado boudeuse sous le bras et de mettre les voiles… Avec une nouvelle voiture achetée avec le compte commun.

Journal d’une Pétasse au volant est un roman super court mais bien rythmé. Je ne me suis pas retrouvée dans l’héroïne – sans surprise – et je pense même que si elle avait croisée mon chemin, elle m’aurait regardée avec condescendance. Je ne sais pas de quel surnom elle m’aurait affublée, mais je suppose que ça n’aurait pas été franchement sympathique. Malgré tout, on sent qu’elle cache beaucoup de sensibilité derrière son attitude et ça finit par la rendre sympathique. Mais il faut creuser. Et je ne suis pas certaine qu’elle se serait donné du mal pour creuser, elle, à ma place.

Bref, Journal d’une Pétasse au volant est plus agréable à lire que ce à quoi je m’attendais, mais je n’ai pas ressenti d’empathie pour l’héroïne et je ne voudrais pas forcément qu’elle devienne ma copine. Mais c’est léger et c’est bien écrit.

photostudio_1555881547414

Journal d’une pétasse au volant – Anne-Charlotte Laugier – Ramsay – 128 pages (juin 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s