Absolution – Yrsa Sigurðardóttir

photostudio_1592339193486
photostudio_1555885361723

« C’est par des vidéos transmises sur Snapchat à tous les contacts de la victime que la police islandaise est avertie d’un crime. On y voit la jeune Stella, terrifiée, demander pardon avant sa mise à mort. Quelques jours plus tard, près du corps, un papier sur lequel est seulement écrit le chiffre « 2 » sera retrouvé.
L’inspecteur Huldar est chargé de l’enquête, et la psychologue pour enfants, Freyja, doit l’aider à mener les interrogatoires des amies de l’adolescente. Très vite, tous deux comprennent que Stella était loin d’être l’ange que beaucoup décrivent. Mais qui aurait pu en vouloir à une lycéenne au point de la tuer ?
Peu après, un jeune homme est enlevé chez lui, en l’absence de ses parents. Là encore une feuille est découverte sur les lieux de la disparition : y est inscrit le chiffre « 3 ». Jusqu’où la série se poursuivra-t-elle ? Et qu’en est-il de la victime numéro 1 ?
Dans cette nouvelle enquête haletante, Yrsa Sigurðardóttir met en lumière un drame terriblement actuel, qui touche tous les pays, tous les pans de la société et toutes les classes, celui du harcèlement en milieu scolaire et, plus difficile à endiguer encore, sur les réseaux sociaux. »
photostudio_1555885425446

Lorsque j’ai découvert qu’Actes Sud publiait le troisième tome des aventures d’Huldar et Freyja, Absolution, j’ai failli faire un bond de joie. J’avais adoré ADN et Succion et retrouver ce binôme sympathique m’a tout de suite donné la pêche. J’ai comme la sensation qu’Yrsa Sigurðardóttir est devenue pour moi une nouvelle Camilla Läckberg, qui est l’autrice qui me fait sautiller de joie à chaque sortie – une fois par an pour le moment.

Huldar et Freyja m’ont tout de suite emballée. Le flic élevé avec six grandes sœurs et la psychologue pour enfants au frère repris de justice se sont presque rencontrés pour la première fois sur une scène de crime. Presque parce que quelques jours auparavant, ils ont couché ensemble en s’inventant un autre nom et un autre métier. Depuis qu’ils ont découvert qu’ils allaient être régulièrement amenés à travailler ensemble, Freyja tente de l’ignorer et lui de lui faire comprendre qu’elle est la femme de sa vie.

S’il n’y avait que ce duo sympa dans cette série sympa, ce serait sympa, mais sans plus. Mais il y a en plus les crimes qui sont ahurissants – surtout dans ADN (je pense que je n’oublierai jamais ces crimes épouvantables et sans une goutte de sang. Traumatisée ? Peut-être).

Dans Absolution, il est prudent de réfléchir avant d’ouvrir Snapchat. Un tueur filme l’agression d’une adolescente et les envoie à tous les contacts de la victime (imaginez un peu les parents tomber sur une vidéo de leur fille achevée à coups d’extincteur… ). Après un premier meurtre, un autre adolescent est enlevé, Huldar va donc devoir à nouveau travailler avec Freyja puisque des enfants sont concernés.

Absolution parle d’un sujet grave, celui du harcèlement scolaire. Que faire quand on pense avoir frappé à toutes les portes ? Quand tout les adultes sont prévenus et que pourtant rien ne s’arrange. Au contraire ? Pas simple de répondre à cette question, je suppose. Cette lecture m’a fait penser au roman d’Amélie Antoine, Raisons obscures, qui m’avait valu quelques sueurs froides, et qui traite aussi du harcèlement scolaire. Absolution n’est pas aussi haletant, mais j’ai passé un super moment, à fond dans l’histoire et heureuse de retrouver mon petit binôme. Vivement un autre !

photostudio_1555881547414

Absolution – Yrsa Sigurðardóttir – Actes Sud – 384 pages (juin 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s