Le tournant de la vie – Nicholas Sparks

photostudio_1591041514748
photostudio_1555885361723

«Miles Ryan a vu sa vie détruite par la mort tragique de sa femme, renversée par un chauffard anonyme qui s’est enfui en laissant le corps sur le bas-côté de la route. Ses fonctions de shérif lui permettent de mener l’enquête lui-même, ce qu’il fait au risque de voir sa carrière compromise par ses excès et la hargne qu’il met dans sa traque imprudente. Lorsqu’il rencontre Sarah, Miles découvre qu’il est possible de reconstruire un équilibre sur les ruines de sa vie passée. Et aussi de rendre le sourire à son fils, Jonah, un petit garçon gravement traumatisé par l’accident. Mais il reste obsédé par le souvenir de sa femme et l’idée que son meurtrier est toujours en liberté ; il lui semble qu’il ne peut se laisser aller à son nouveau bonheur sans avoir puni le coupable ; aussi poursuit-il sa chasse à l’homme… Il faudra un coup de théâtre pour que Miles apprenne qu’il est parfois nécessaire de faire le deuil de la justice pour être heureux. Au terme d’une lutte intérieure que Nicholas Sparks décrit avec sa maestria habituelle, il retrouve l’amour et découvre la sérénité. En expert du sentiment amoureux, Nicholas Sparks écrit le roman d’un homme qui triomphe de lui-même.»

photostudio_1555885425446

Le tournant de la vie de Nicholas Sparks traînait dans ma Pile à Lire depuis plusieurs années, prêté par ma maman qui l’avait trouvé pas mal. Sa place à côté de mon lit était telle que je ne pouvais pas le louper. A force de le voir me rappeler que ce serait bien que je le lise et que je le rende à sa propriétaire. Du coup, bon, je l’ai sorti de ma PAL.

Je n’avais pas eu l’occasion de lire un livre de Nicholas Sparks avant celui-ci, mais j’avais en tête un auteur de romances un peu gnan-gnan, du genre téléfilms de l’après-midi sur M6. Je me suis donc dis que Le tournant de la vie n’allait sans doute pas casser trois pattes à un canard mais que si je n’étais pas hyper exigeante sur le scénario, je pourrais passer un bon moment.

Miles Ryan est shérif. Il élève seul son petit garçon Jonah, depuis la mort de sa femme, renversée par un chauffard qui n’a jamais été retrouvé. Savoir que celui ou celle qui a tué sa femme est en liberté le rend malade et il continue à enquêter. Sa rencontre avec Sarah va l’aider à s’apaiser, d’autant que Jonah adopte immédiatement la jeune femme. Mais Miles Ryan a du mal à tourner la page. D’autant que l’histoire de Sarah est étroitement liée à celle de la femme de Miles.

Le tournant de la vie n’est pas un roman inoubliable, mais il n’est pas désagréable à lire. J’ai passé un plutôt bon moment, même si je trouve que l’histoire ressemblait assez à celle d’un téléfilm de l’après-midi. Pas désagréable, mais pas dingue.

photostudio_1555881547414

Le tournant de la vie – Nicholas Sparks – Robert Laffont – 288 pages (juin 2004)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s