Ogresse – Aylin Manço

photostudio_1591447904050
photostudio_1555885361723

« Depuis que le père d’Hippolyte est parti, tout dans la vie de la jeune fille est déséquilibré. Sa mère s’enferme de longues heures à la cave et refuse de manger en sa présence. Elle lui prépare pourtant d’énormes pièces de viande qu’Hippolyte se force à avaler. Dans la rue où elles habitent, en bordure de forêt, leur voisine préférée a disparu sans laisser de traces. Et puis, un soir, la mère d’Hippolyte se jette sur elle et la mord. Que s’est-il passé ? »

photostudio_1555885425446

C’est samedi. Et le samedi, c’est roman ou album de littérature jeunesse. Depuis déjà quelques mois, je lis des romans ado pour le travail et… j’avais très envie de découvrir Ogresse, d’autant que deux de mes collègues étaient plutôt emballées par ce roman signé Aylin Manço.

Aylin Manço est une autrice bruxelloise installée en France. Ogresse est son deuxième roman. Elle l’a écrit lors de sa deuxième année au master de Création Littéraire du Havre, sous la direction de Clémentine Beauvais. C’est un petit OLNI (Objet littéraire non identifié), car ce n’est pas franchement un thriller, pas franchement un roman d’horreur, pas franchement un roman classique, ni une romance, ni un roman d’apprentissage, mais c’est un peu tout cela à la fois.

La vie d’Hippolyte a volé en éclats quand son père a quitté la maison. Il les a abandonnées, elle et sa mère et plus rien n’est comme avant. Surtout le comportement de sa mère. Elle reste au lit toute la journée et s’enferme des heures dans la cave. Hippolyte prend ses repas toute seule, écœurée par la viande, de plus en plus saignante que sa mère lui cuisine. Et puis un jour, sa mère lui saute dessus et la mord.

Ogresse est très étonnant. Hippolyte se rend compte que sa mère ne tourne pas rond, surtout après la morsure. Sans son père, elle se sent abandonnée, obligée de tenter de trouver toute seule une solution pour aider sa mère. Elle remarque qu’une de ses camarades a une cicatrice étonnamment semblable à la sienne. Et en même temps, elle avoue ses sentiments à celui qu’elle aime, découvre l’intimité des corps. Cela fait beaucoup de choses à gérer. D’autant que son cœur cogne de plus en plus fort dans sa cage thoracique, qu’elle a l’impression de sentir le sang couler dans ses veines de son petit ami et qu’elle aimerait arrêter de manger de la viande, mais n’ose pas contrarier sa mère qui lui cuisine avec amour des abats de plus en plus saignants.

Aylin Manço propose des tas de pistes pour son histoire et j’en ai imaginé encore plus. J’ai donc dévoré Ogresse, je l’ai avalé, digéré. Et j’ai été assez emballée. Toutefois, je suis restée un peu sur ma faim – vous remarquez cette métaphore filée ? – parce que la fin retombe un peu comme un soufflé. J’aurais tellement aimé que le livre aille plus loin avec, par exemple, un petit twist savoureux et effrayant. J’ai la sensation que l’autrice n’est pas allée au bout. Mais cela reste un roman très bien fichu et vraiment intrigant.

photostudio_1555881547414

Ogresse – Aylin Manço – Sarbacane – 280 pages (février 2020) – dès 13 ans

4 réflexions sur “Ogresse – Aylin Manço

  1. Oh ! Est-ce que c’est ton bras ? (C’est très bizarre comme question 😂)
    J’adore le petit Totoro !
    Concernant le bouquin, j’avais lu le résumé il y a un moment et il m’avait paru si bizarre que je n’ai jamais osé le lire

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s