Confession d’une it-girl – Melanie Murray

photostudio_1587676032740
photostudio_1555885361723

«Une it-girl, moi ? Quelle blague ! Comment les gens peuvent-ils me considérer comme l’une des filles les plus hype de New York alors que je ne sais même pas faire la différence entre une paire de Prada et de vulgaires charentaises.
Et pourtant, depuis que mon ex-petit ami est devenu l’un des chanteurs les plus populaires du moment, je suis maintenant le centre de toutes les attentions, LA fille qui compte à New York. Une réputation dont je me passerais bien, car même s’il n’est pas désagréable d’être comparée à Kate Moss, je n’apprécie que très modérément de voir ma vie amoureuse étalée en une de tous les magazines… Surtout si c’est pour découvrir que celui que je considérais, il y a quelques semaines encore, comme l’amour de ma vie, se pavane aux bras de pseudo-actrices et autres apprenties mannequins toutes plus belles les unes que les autres…»

photostudio_1555885425446

Je me méfie beaucoup des résumés des romans parus dans la collection d’Harlequin Red dress ink depuis que j’ai lu Jane, l’amour, la vie… et les hommes ! de Mindy Klasky. Car le résumé n’avait absolument rien à voir avec l’histoire, hormis le nom du personnage principal. Alors lorsque j’ai commencé Confessions d’une it-girl de Melanie Murray, c’était sans aucune certitude de lire ce que me vendait le resumé, c’est-à-dire l’histoire de l’ex d’un musicien qui devenait tout à coup la fille à suivre, celle dont tout le monde parle.

En réalité, le résumé était en partie bon. En partie seulement – ce qui est tout de même nettement mieux que pour le roman de Mindy Klasky.

Echo est chroniqueuse dans un petit magazine musical et rêve d’écrire pour les grands. Elle vit avec un musicien qui a connu un moment de gloire, mais qui n’arrive plus à composer. Un soir qu’elle le trouve en train de repeindre le plafond de toutes les couleurs, elle le met dehors – elle l’aime mais leur relation va dans le mur. C’est là qu’il va écrire un album qui va cartonner, Echosongs, un album qui parle d’elle – pas forcément en bien… Et avec un prénom comme le sien, pas mal de gens la reconnaissent. Mais de là à devenir une it-girl ? Absolument pas.

Ce roman est plutôt centré sur l’univers de la musique, les magazines, labels, chanteurs, musiciens et groupies et sur une histoire d’amour qui est loin d’être terminée.

C’est finalement un roman plutôt sympa, il faut dire que j’aime bien la musique donc j’ai plutôt apprécié, mais il n’est pas inoubliable. Ne vous précipitez donc pas sur ce roman, ce n’est pas nécessaire.

photostudio_1555881547414

Confession d’une it-girl – Melanie Murray – Red dress ink – 384 pages (février 2012)

Une réflexion sur “Confession d’une it-girl – Melanie Murray

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s