La science de l’esquive – Nicolas Maleski


photostudio_1555885361723

«Kamel Wozniak est en fuite. Locataire d’un meublé où pour rester invisible il faut se montrer habile, l’ancien boxeur sur ses gardes tente de se faire oublier le temps d’un été au vert. Mais de qui ? Et où s’arrête son plan B ? Difficile de disparaître dans une petite ville où un garçon comme lui, aux airs de desperado, n’est pas sans piquer les curiosités.
Après Sous le compost, Nicolas Maleski signe un roman qui s’ouvre comme un film des frères Coen, ménage un suspense de polar et déroule, dans langue où la lucidité combat à armes égales avec la causticité, l’épopée d’un antihéros insaisissable et pourtant pas si éloigné de nous.»
photostudio_1555885425446

Il y a parfois des livres que je lis pour de mauvaises raisons. Et parfois, cela se transforme en bonne surprise. Parfois. La science de l’esquive de Nicolas Maleski est arrivé dans ma Pile à Lire pour deux raisons : la boxe – j’aime les histoires qui parlent de sport, de dépassement de soi… – et le fait que Nicolas Maleski soit Tourangeau – je me suis dit que ça pourrait peut-être faire l’objet d’une chronique radio, si je tombais sur un chouette roman écrit par quelqu’un qui vivrait pas loin de chez moi.

Nicolas Maleski s’est fait remarquer lors de la sortie de Sous le compost, finaliste du Grand prix RTL Lire en 2017 – j’avoue avoir découvert l’existence de ce roman en démarrant La science de l’esquive.

Kamel Wozniak s’est installé dans une petite ville et il espère ne pas se faire repérer. Il a fui quelque chose ou quelqu’un, et est là en attendant de pouvoir filer plus loin encore. Mais difficile pour l’ancien boxeur de passer inaperçu dans un bled où tout le monde s’intéresse à lui : le flic qui s’est incrusté sur son parcours de course, les jeunes militants écolo qui s’incrustent pour fumer des pétards chez lui et la voisine super sexy… L’ancien boxeur n’a peut-être pas choisi le bon endroit pour se mettre au vert.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je n’ai pas franchement adoré l’histoire. Pas parce qu’elle n’est pas bien, mais simplement parce que ce n’est pas ma tasse de thé. Et puis finalement, la boxe est assez anecdotique dans La science de l’esquive, puisque Kamel ne pratique plus.

Le roman est bien écrit et est agréable à lire. On se demande un petit moment ce que fuit Kamel, on se demande aussi ce qui va lui arriver, parce qu’il va forcément lui arriver quelque chose, pense-t-on. Son passé qui le rattrape ou un problème qui va survenir avec tous ceux qui lui tournent autour… Difficile à savoir, mais on sait que ça ne va pas se finir comme une comédie romantique. 

Il y a un peu d’humour dans les situations, mais beaucoup de noirceur et de testostérone surtout. Et c’est ce qui m’a un peu plombée, car ce n’est pas vraiment ce genre de livres que j’aime lire. Cela ne veut pas dire que c’est mauvais, pas du tout, juste pas à mon goût.

photostudio_1555881547414

La science de l’esquive – Nicolas Maleski – Harper Collins – 224 pages (janvier 2020)

Une réflexion sur “La science de l’esquive – Nicolas Maleski

  1. Pingback: La science de l’esquive, Nicolas Maleski – Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s