La race des orphelins – Oscar Lalo

photostudio_1604252481632
photostudio_1555885361723

« Jai longtemps rêvé que l’histoire de ma naissance exhibe ses entrailles. Quelle que soit l’odeur qui en surgisse. La pire des puanteurs, c’est le silence.
Je m’appelle Hildegard Müller. Ceci est mon journal.
Je m’appelle Hildegard Müller. En fait, je crois que je ne m’appelle pas.
J’ai soixante-seize ans. Je sais à peine lire et écrire. Je devais être la gloire de l’humanité. J’en suis la lie.
Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l’homme engagé pour écrire son journal comprend que sa vie est irracontable, mais vraie.
J’ai besoin, avant de mourir, de dire à mes enfants d’où ils viennent, même s’ils viennent de nulle part.
Oscar Lalo poursuit son hommage à la mémoire gênante, ignorée, insultée parfois, toujours inaccessible. Il nous plonge ici dans la solitude et la clandestinité d’un des secrets les mieux gardés de la Seconde Guerre mondiale.

photostudio_1555885425446

La race des orphelins a traîné un moment dans ma Pile à Lire sans que je puisse l’en sortir – ce n’était pourtant pas l’envie qui m’en manquait. Mais entre les livres à lire pour le boulot, ceux pour la radio et une petite panne de lecture, j’ai parfois l’impression de m’éloigner de la lecture de pur plaisir – franchement, parfois j’aimerais ne pas dormir, imaginez un peu tous les livres que je pourrais enfin lire !

J’ai fini par mettre mes lectures urgentes de côté – rébellion ! – pour attraper, enfin, La race des orphelins, second roman d’Oscar Lalo, prix d’Honneur Filigranes 2020.

La race des orphelins est un roman atypique. Il se présente comme un journal intime. Hildegard Müller, soixante-seize ans, fait appel à un écrivain afin qu’il consigne ses mémoires, sa mémoire, afin qu’il l’aide à trouver un sens à sa vie, à sa naissance.

L’histoire qu’Hildegard Müller nous raconte est celle de centaine d’enfants nés d’une expérience honteuse, celle des Lebensborn. Hildegard Müller veut transmettre son histoire afin que ses enfants sachent d’où il viennent, alors qu’elle-même ne le sait pas.

La race des orphelins n’est pas un documentaire sur l’histoire de ces maternités de la honte, mais propose plutôt d’ouvrir une petite brèche permettant de la découvrir. C’est un roman touchant, d’une grande sensibilité, un très beau texte, relatant les difficultés à grandir sans connaître ses parents et en étant jugé pour une chose à laquelle on ne peut rien : sa propre naissance.

photostudio_1555881547414

La race des orphelins – Oscar Lalo –Belfond – 288 pages (août 2020)

3 réflexions sur “La race des orphelins – Oscar Lalo

  1. Pingback: Oscar Lalo – La race des orphelins | Sin City

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s