Rien n’est noir – Claire Berest

photostudio_1608312903148
photostudio_1555885361723

« À force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages ?
Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes. Elle
jure comme un charretier, boit des trempées de tequila. Elle aime participer à des manifestations politiques, mettre des fleurs dans les cheveux, parler de sexe crûment et se rendre dans des fêtes à réveiller les squelettes. Et elle peint.
Par-dessus tout, Frida aime Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques.
L’auteure expose les passions, l’art et les souffrances de la peintre  fracassée, cette magicienne des couleurs et prêtresse d’une féminité affranchie.
Claire Berest lit avec joie, sensualité et passion, cette histoire d’amours, de souffrances et de couleurs explosives. »

photostudio_1555885425446

J’ai déjà lu Rien n’est noir de Claire Berest quand le roman est paru chez Stock. J’attendais beaucoup de ce roman car j’adore Frida Kahlo. Mais j’ai été un peu déçue, à l’époque, car j’espérais apprendre plus de choses choses sur la peintre mexicaine. Et surtout, je venais de lire Gabriële, la biographie de Gabriële Buffet-Picabia écrite par Claire Berest et sa sœur Anne, qui m’avait finalement beaucoup plus plu.

Mais je n’ai pas résisté à me replonger dans Rien n’est noir dans sa version audio lue par l’autrice, parce que j’adore les livres audio et aussi parce que j’étais curieuse d’entendre les mots de l’autrice lus par elle. Pour avoir entendu Pierre Lemaître lire Miroir de nos peines, je sais que l’auteur-lecteur peut apporter un véritable plus au texte.

Je ne me suis pas trompée, la version audio de Rien n’est noir est simplement parfaite. Les mots de Claire Berest, de Frida Kahlo, sont plus lumineux, semblent vivants. Si je n’ai pas été vraiment séduite en lisant ce livre, je l’ai été totalement en l’écoutant.

Frida m’a semblée présente, vibrante, forte. J’ai vraiment eu la sensation de pouvoir plus la connaître et j’ai trouvé ça absolument génial. Cette écoute a été un véritable plaisir du début à la fin. Mille fois plus qu’en lisant Rien n’est noir. C’est fou comme un lecteur peut devenir un guide et nous embarquer avec lui dans une histoire.

photostudio_1555881547414

Rien n’est noir – Claire Berest – Audiolib – lu par l’autrice – 5h51 (octobre 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s