Tout ce que je vous dois. – Virginia Woolf

photostudio_1608312953637
photostudio_1555885361723

« Les lettres les plus aériennes et audacieuses d’une icône de liberté et d’indépendance. Auteure incomparable, Virginia Woolf (1882-1941) se révèle aussi une amie sans égale : directe et empathique, curieuse et attentive. L’écrivaine s’ouvre ici à ses amies d’une vie, celles qui, plus que toutes autres, ont pénétré son univers secret de passions et de pensée. »
photostudio_1555885425446

Lorsque les éditions L’Orma ont sorti leurs premiers plis, j’ai rangé cette information dans un coin de ma tête, me disant que lorsque le moment viendrait de retourner dans les librairies, je jetterai un coup d’œil sur eux. L’idée me plaisait beaucoup : des petits livres que l’on peut envoyer par la poste. Cet été, j’ai failli craquer parce que je n’avais pas très envie d’envoyer des cartes postales, mais j’ai bien fait d’attendre, car encore plus compliquées à écrire que les cartes postales : les cartes de vœux – surtout qu’après l’année que l’on vient de vivre, je ne sais plus trop quoi souhaiter. Alors pourquoi ne pas laisser un écrivain s’exprimer à ma place et dire à mon correspondant ou ma correspondante ce que je ressens ? J’ai donc choisi de me pencher sur Tout ce que je vous dois. de Virginia Woolf.

Après avoir lu Mrs Dalloway, je m’étais dit qu’il faudrait que je lise un autre roman de Virginia Woolf. A défaut, je me suis plongée dans sa correspondance. Sa correspondance avec ses amies. Parfois, je dis parfois parce que ça ne m’arrive pas systématiquement, j’ai envie de mieux connaître l’auteur d’un livre, connaître sa vie, comprendre ce qui l’a amené à écrire ce texte plutôt qu’un autre. Mrs Dalloway est un roman qui m’a semblé plein de regrets, de solitude et d’ennui. Tout le contraire de ses lettres, tantôt légères, drôles, tantôt plus sérieuses, mais toujours bienveillantes et tellement bien écrites – à mille lieux de ma prose sur cartes postales ou cartes de vœux.

En revanche, prévoyez, si vous vous laissez tenter par les plis, de les acheter en deux exemplaires, parce que vous ne pourrez pas vous empêcher de vouloir les garder – je parle d’expérience.

Pour écouter ma chronique sur France Bleu Touraine, c’est par ici.

photostudio_1555881547414

Tout ce que je vous dois. – Virginia Woolf – L’Orma – 64 pages (mars 2020)

2 réflexions sur “Tout ce que je vous dois. – Virginia Woolf

  1. Pingback: Pas de femmes parfaites, s’il vous plaît. – Jane Austen | Mademoiselle Maeve

  2. Pingback: La lettre volée et autres enquêtes. – Edgar Allan Poe | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s