Fondue au noir – Hervé Jubert

photostudio_1623691558017
photostudio_1555885361723

« Lola ne parle plus depuis ses dix ans, et les médecins ignorent pourquoi. Ça ne l’empêche pas de se faire très vite repérer comme le talent prometteur de sa classe de seconde pro cuisine. Les six apprentis de la brigade sont coachés par le Bosco, une cheffe renommée et imprévisible. Quand elle leur apprend que seuls deux d’entre eux participeront à l’émission Sur le Gril ! Spéciale Apprentis, l’ambiance se tend. Dangereusement. »
photostudio_1555885425446

A force de lire des romans ados pour le travail, je me demande si je ne développe pas une petite addiction à ce genre littéraire. Du coup, j’en lis même quand je ne suis pas obligée d’en lire, juste pour le plaisir. Fondue au noir m’a fait de l’œil et sans trop me poser de question, je me suis plongée dans ce roman d’Hervé Jubert – un auteur que je ne connaissais pas, alors qu’il a écrit une quarantaine de romans, j’ai encore du travail pour devenir une spécialiste !

Après un énième échec culinaire chez la famille Mons, Lola, l’aînée, quinze ans, ouvre un livre de cuisine et c’est la révélation. A la rentrée suivante, c’est décidé, elle entrera en seconde pro cuisine. Pas facile d’intégrer un nouveau lycée pour Lola qui a perdu sa voix à dix ans à la suite d’un traumatisme. Et encore plus un petit groupe d’élèves avec qui elle passera toute l’année… Ajoutons à cela une compétition pour participer à une émission de télévision, un crush pour un de ses camarades, une fille de sa classe qui veut à tout prix être la première, le COVID et une femme qui ferait tout pour rester en vie et vous avez la plupart des ingrédients de Fondue au noir.

J’étais plutôt contente de lire ce roman dans l’univers de la cuisine car je vis avec un vrai passionné. Personnellement, je pourrais me nourrir uniquement d’endives, de clémentines et de chocolat, mais je profite de bons petits plats concoctés par mon amoureux tout en regardant Top Chef ou Le meilleur pâtissier. Je me sentais donc en terrain familier.

Malheureusement, la magie n’a pas complétement opéré. J’ai passé un bon moment, mais je n’ai pas tellement accroché au style de l’auteur ni à l’intrigue secondaire sur la mystérieuse Madame Nao et l’ours qui parle. Néanmoins, j’ai bien aimé l’univers de la cuisine et les personnages, même si j’aurais aimé qu’ils soient encore un peu plus fouillés, que le roman soit un petit peu plus dense, finalement.

Fondue au noir est le premier roman que je lis qui intègre le COVID. Je craignais un peu ce moment et finalement, ça a été. Apparemment, il va falloir s’habituer, parce que les romans COVID vont être nombreux. Pas sûre que ce soit une idée fantastique, mais je me trompe peut-être.

Si vous êtes passionnés de cuisine et que vous aimez les romans ados, peut-être que ce roman pourrait vous plaire. Vous me direz si vous vous lancez.

photostudio_1555881547414

Fondue au noir – Hervé Jubert – Syros – 336 pages (juin 2021) – dès 13 ans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s