La Belle de Jérusalem – Sarit Yishai-Levi

photostudio_1625679346930
photostudio_1555885361723

« Gabriela est issue d’une lignée de femmes maudites : chez les Ermoza, les peines de cœur se transmettent de mère en fille. Même la belle Luna, sa mère, qui fascinait tout Jérusalem par sa liberté et sa joie de vivre, a fini prisonnière d’un mariage sans amour.
Alors que cette dernière vient de disparaître prématurément, Gabriela se plonge dans le passé de celle qu’on surnommait la Belle de Jérusalem, et qu’elle n’a connue que froide et amère. Peu à peu se dessine sous ses yeux le portrait de quatre générations de femmes, malmenées par l’histoire, le poids des traditions, des superstitions et des secrets.
Sur fond de bouleversements historiques, de la gouvernance turque à la création de l’État d’Israël, une saga magistrale où les destins d’un peuple et d’une famille se confondent.« 

photostudio_1555885425446

La Belle de Jérusalem de Sarit Yishai-Levi faisait partie de la sélection du prix du livre romantique Charleston, auquel j’ai eu la chance de participer. C’est le dernier roman auquel je me suis attaquée, un peu découragée par ses sept cents pages – comment réussir à vider ma Pile à Lire en lisant des pavés ? Mais j’ai découvert que ce premier roman de la journaliste israélienne Sarit Yishai-Levi avait reçu plusieurs prix littéraires et était en cours d’adaptation au cinéma. Disons que cela m’a mise en confiance.

La Belle de Jérusalem est une saga familiale sur quatre générations de femmes maudites. Les Ermoza sont vouées à ne pas connaître l’amour heureux. Gabriela, la petite dernière, ensevelie sous le poids de cette malédiction, fuit une chance d’être heureuse. Après la mort de sa mère, elle pousse les femmes de la famille à lui confier son histoire. Car Gabriela n’a pas vraiment connu sa mère, elle a plutôt connu les bras de ses tantes et de sa grand-mère.

Il m’a fallu un peu de temps pour entrer dans La belle de Jérusalem, pour apprendre à me familiariser avec les personnages et le contexte. Mais une fois dedans, je n’ai pas pu lâcher cette histoire qui m’a vraiment captivée. Ce livre porte le nom de l’un des personnages, Luna, qui n’est pas mon préféré mais qui sert de lien entre toutes les autres femmes de la famille. J’ai aimé que l’histoire se déroule à Jérusalem, j’ai peu d’occasion de voyager de ce côté-là de la littérature.

C’est finalement La Belle de Jérusalem qui m’a le plus plu parmi les romans de la sélection pour le prix du livre romantique Charleston. Mais ce n’est pas lui qui a gagné. Je garde un peu le suspense…

photostudio_1555881547414

La Belle de Jérusalem – Sarit Yishai-Levi – Charleston – 704 pages (mai 2021)

Une réflexion sur “La Belle de Jérusalem – Sarit Yishai-Levi

  1. Pingback: Rendez-vous au café du bonheur – Lucy Diamond | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s