J’envisage l’impossible – Arthur Navellou

photostudio_1638111334941
photostudio_1555885361723

« Jusqu’à mes trente ans, j’ai toujours eu sous mon lit une valise pleine au cas où je voudrais m’enfuir. »

Il quitte sa ville natale après l’adolescence, sans se retourner. Dans sa tête des rêves de danse, de musique, direction la capitale. Puis survient la paternité, le moment de rassembler ses souvenirs, d’interroger les aînés, de savoir quoi transmettre.
Arthur Navellou questionne ses rêves et ses peurs, cherche sa place dans le monde, maniant le charme et la surprise.

photostudio_1555885425446

Avec L’Iconopop chez L’Iconoclaste, Cécile Coulon et Alexandre Bord mettent en avant des poètes modernes qui jouent avec le fond et la forme. Et cette est assez enthousiasmante et rafraîchissante avec des livres en petit format, ultracolorés et surtout ses auteurs très éclectiques et très contemporains.

J’envisage l’impossible est un recueil signé Arthur Navellou, chanteur, auteur, danseur, bref un artiste multifacettes que l’on peut entendre dans le groupe Catastrophe (j’avoue, ce groupe est complètement inconnu pour moi, mais je me suis promis d’écouter dès que j’aurai un peu de temps).

Dans J’envisage l’impossible, Arthur Navellou se raconte sans fard. D’abord à travers quelques fenêtres ouvertes sur ses aïeux, un peu comme des polaroïds. Puis il évoque son adolescence, ses attentes, Paris, le fait de devenir père, ses interrogations, ses doutes.

Si je n’ai pas été touchée par tous les poèmes d’Arthur Navellou, je note que l’on retrouve un rythme, celui d’une chanson. Une chanson un peu barrée. Et tendre. Et sans rime.

Voyez plutôt :

« Ton prénom sur mon cahier
et ton visage dessiné à l’intérieur
ça t’a fait peur

moi qui croyais qu’on était
tous les deux des enfants amoureux
qu’on avançait dans la vie en douceur

mais le monde est un jouet
qu’on rendra un jour cassé
mais le monde est un visage
dessiné les yeux fermés

je ne t’ai jamais dit ce que j’avais à l’esprit
je rêvais que ce soit écrit dans ton journal aussi
mais le temps a passé
et tu as deviné
et j’ai abandonné. »

photostudio_1555881547414

J’envisage l’impossible – Arthur Navellou – Iconopop (octobre 2021)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s