L’invité(e) de trop – Lucy Foley

photostudio_1655931369702
resume« Un mariage sélect. Treize invités. Un cadavre. RSVP… À vos risques et périls ! »
Un mariage au large de l’Irlande, sur une île belle et sauvage. Julia, à la tête d’un magazine, est déterminée et ambitieuse ; Will une étoile montante de la télé-réalité. La fête se doit d’être à l’image de leur insolente réussite : tenues de créateur, décor somptueux et hôtes triés sur le volet. Le réseau mobile est peut-être capricieux et la mer agitée, pourtant chaque détail a été planifié d’une main experte par la wedding planner.
Mais la perfection est toute théorique, les invités bien trop humains. Au fur et à mesure que le champagne coule, le ressentiment et l’envie remplacent la joie et les vœux de bonheur. Et après un black-out, voilà qu’on crie au meurtre…
monavis

J’aime beaucoup les huis clos. Donc lorsque j’ai vu L’invité(e) de trop de Lucy Foley sur NetGalley, j’étais plutôt contente de pouvoir mon plonger dans cette histoire. Enfin, je dis que j’aime bien les huis clos, mais ça dépend. J’ai eu récemment une expérience difficile avec Sans retour de Tom Clearake. Un chalet grand luxe, une tempête de neige, des brutes sorties de nulle part, des placards vides, le besoin de manger, des otages… J’ai arrêté de lire quand les intrus ont commencé à tuer les hôtes du chalet pour manger (chacun ses limites, là, c’est une des miennes, en plus, je n’aime pas vraiment la viande). C’était trop pour moi et entre nous cette histoire n’avait rien à voir avec une enquête comme j’aime avec un meurtrier à découvrir parmi une poignée de personnes coincées quelque part. Donc on oublie vite Sans retour et on en revient à ce qui nous intéresse : L’invité(e) de trop de Lucy Foley.

Julie Keegan est une femme qui a réussi. D’abord blogueuse, elle est désormais à la tête d’un magazine en ligne qui marche bien. Will quant à lui est la star d’une émission de télé-réalité en mode survivaliste. Ils se sont rencontrés quelques mois plus tôt et ont décidé de se marier. Pour le lieux, ils ont choisi de faire venir leurs invités sur une petite île sauvage au nord de l’Irlande. Une île chargée d’une histoire sombre mais les mariés ne croient pas du tout à ces légendes, ils ont décidé que ce mariage sera glamour et inoubliable et il le sera car la wedding planner s’est chargée de tout. Malheureusement, le début du roman nous conte une autre histoire. Celle d’une tempête, d’une disparition et d’un couteau effilé manquant…

L’invité(e) de trop est un roman choral. On va donc suivre plusieurs personnages. Parmi eux la mariée, sa jeune sœur, la wedding planner, la femme du meilleur ami de la mariée. Et après ce premier chapitre nous montrant un mariage qui a viré à la catastrophe mortelle, on remonte dans le temps pour faire connaissance avec les personnages et faire le lien entre eux et les autres. L’île, bien que spectaculaire est bien dangereuse. En s’éloignant des sentiers, on peut se faire avaler par la tourbe – certaines chaussures peuvent en témoigner – et personne ne peut partir avant la fin des festivités. Pourtant certaines personnes se passeraient bien d’y assister. Car les secrets risquent d’exploser aux visages de ceux qui ont menti – ou de celui.

Franchement, L’invité(e) de trop fait partie de ces romans que je lis avec plaisir, mais qui ne me restent pas en tête bien longtemps. J’ai aimé découvrir – trop lentement, quelle frustration ! – les différents personnages. Pas tous. Il y a forcément des relous dans les mariages – avouez, qu’à chaque fois que vous êtes allés à un mariage, il y avait au moins un cousin Jean-Robert que les mariés semblaient regretter d’avoir invité !

Malheureusement, j’ai trouvé l’intrigue un peu facile à dénouer et dès la première découverte, le fil était facile à suivre. Du coup, bon, niveau suspense, je ne vais pas vous dire que c’était dingo, mais j’ai bien aimé ce roman. Cela me fait penser que ça fait longtemps que je n’ai pas été invitée à un mariage – je suis d’ailleurs allée à un mariage en Irlande, mais lui s’est fini bien – du coup je me demande si ce n’est pas moi le cousin Jean-Robert ! Misère…

signaturevisage

L’invité(e) de trop – Lucy Foley – Presses de la Cité – 332 pages (mai 2022)

5 réflexions sur “L’invité(e) de trop – Lucy Foley

  1. Bonjour
    je suis toujours attentivement votre rubrique qui présente des livres sérieux ou plus légers. Vos critiques sont judicieuses et je les écoute avec attention, même si mon avis diffère parfois du vôtre.
    Je serai désireuse d’essayer les audio-livres dont vous parlez souvent. Quel site utilisez-vous? est-ce simple de les enregistrer sur un ordinateur pour ensuite les réécouter? Sont-ils tous payants ? Je sais que certains sites proposent des audio-livres gratuits mais ils sont anciens car tombés dans le domaine public, si j’ai bien compris.
    Je vous remercie de vos conseils éclairés qui me seront précieux , j’en suis certaine.
    Je vous souhaite une bonne fin de journée, radieuse mais chaude!
    Cordialement
    Claude RIOU
    claudemichele.riou@orange.fr

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour votre message et n’hésitez pas à me dire quand votre avis diffère car je trouve toujours cela très intéressant.
      Pour les livres audio, je suis d’accord avec vous, les livres tombés dans le domaine public sont anciens et pas toujours lus par des lecteurs formidable. J’ai la chance d’avoir un partenariat avec Audiolib, donc je reçois pas mal de textes que je peux écouter sur mon téléphone.
      J’ai été abonnée à Audible à un moment et c’était pratique d’écouter des romans sur mon téléphone encore une fois.
      J’aurais tendance, pour tester la lecture audio, à vous conseiller d’aller en bibliothèque. Dans celle où je travaille, on a pas mal de textes lus. Et si vous avez un lecteur CD sur votre ordinateur, vous pourrez les charger dessus.

      J’aime

  2. J’aime bien ce genre de romans, surtout en vacances, quand j’ai envie de passer un bon moment de lecture sans trop réfléchir. Sinon par rapport à ce que tu dis « Malheureusement, j’ai trouvé l’intrigue un peu facile à dénouer et dès la première découverte, le fil était facile à suivre. », et bien ça m’arrive tellement souvent ces derniers temps que j’ai décidé de ne mentionner dans mes chroniques que les fois où je suis surprise, car sinon j’ai l’impression de me répéter. D’ailleurs, dans le roman que je viens de terminer ce matin, je n’ai rien vu venir et ça m’a fait grandement plaisir ! Mais c’est assez rare.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s