Tant de chiens – Boris Quercia

photostudio_1501089531055

le-resume

« Encore une mauvaise période pour Santiago Quiñones, flic à Santiago du Chili. Son partenaire Jiménez vient de mourir au cours d’une fusillade avec des narcotrafiquants. Pire encore, le défunt semble avoir été mêlé à des histoires peu claires, et il avait les Affaires internes sur le dos.
Par curiosité autant que par désœuvrement, Santiago commence à mener l’enquête, et il retrouve une jeune femme qu’il connaît bien, Yesenia. Tous deux ont grandi dans le même quartier avant que leurs chemins se séparent. Entretemps, Yesenia a connu l’enfer : séquestrée et violée par son beau-père, elle ne vit plus que pour se venger. Au nom de leur amitié passée, elle va demander à Santiago d’abattre son bourreau… »

Ce mois-ci pour le match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait trois titres en compétition : Tant de chiens de Boris Quercia, La vérité et autres mensonges de Sascha Arango et Zero de Marc Elsberg.

Lire la suite

Publicités

Zero – Marc Elsberg

photostudio_1500883565275

le-resume

« Londres, de nos jours. Un adolescent est abattu lors d’une course-poursuite. Ce drame conduit Cynthia Bonsant, journaliste au Daily, à enquêter sur les agissements de Freemee, société américaine high-tech spécialisée dans la collecte et l’analyse de données, qui promet à ses dizaines de millions d’utilisateurs une vie meilleure grâce à ses applis. Dans un monde où réseaux sociaux, sites de e-commerce, caméras de sécurité et objets connectés sont les parfaits alliés de la surveillance globale, le chemin qui mène à la vérité va se révéler aussi ardu que dangereux. »

Ce mois-ci pour le match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait trois titres en compétition : Tant de chiens de Boris Quercia, La vérité et autres mensonges de Sascha Arango et Zero de Marc Elsberg.

Lire la suite

Le garçon de l’ombre – Carl-Johan Vallgren

photostudio_1497379968569

le-resume

« À l’été 1970, un petit garçon est enlevé dans le métro de Stockholm. Des années plus tard, le frère de l’enfant, Joel Klingberg, disparaît à son tour. Sa femme se tourne alors vers Danny Katz, ami de longue date de son mari, un génie en informatique au passé trouble. Avec réticence, Katz accepte de l’aider. Il ne tarde pas à découvrir que la riche et puissante famille Klingberg cache bien des secrets… Ses recherches vont le mener de Stockholm jusqu’aux Caraïbes, berceau de la fortune des Klingberg.
Lorsqu’on essaie de faire porter le chapeau à Katz pour un meurtre qu’il n’a pas commis, l’affaire prend une tout autre dimension. Désormais, découvrir la vérité devient pour lui une question de survie. »

Ce mois-ci pour le cinquième match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait deux titres en compétition : Le garçon de l’ombre de Carl-Johan Vallgren et Sans pitié ni remords de Nicolas Lebel.

Lire la suite

Sans pitié ni remords – Nicolas Lebel

photostudio_1497295387120

le-resume

« 9 novembre, cimetière du Montparnasse. Le capitaine Mehrlicht assiste, en compagnie de son équipe, aux obsèques de son meilleur ami, Jacques Morel. Quelques heures plus tard, il se retrouve dans le bureau d’un notaire qui lui remet, comme héritage, une enveloppe contenant un diamant brut. Il s’agit de l’un des yeux d’une statue africaine, le Gardien des Esprits, dérobée dix ans auparavant lors du déménagement du Musée des arts africains et océaniens, que Jacques avait supervise, et recherchée depuis par la Police de l’Art. Mehrlicht prend un congé et son équipe se retrouve sous le commandement du capitaine Cuvier, un type imbuvable aux multiples casseroles, quand les inspecteurs Latour et Dossantos sont appelés sur la scène de l’apparent suicide d’un retraité. Quelques heures plus tard, ils assistent impuissants a la défenestration d’une femme qui, se sentant menacée, avait demande la protection de la police. Les deux suicides avaient un point commun : ils travaillaient ensemble au MAOO lors de son déménagement. Ces événements marquent le début de 48 heures de folie qui vont entraîner Mehrlicht et son équipe dans une course contre la montre, sur la piste de meurtriers dont la cruauté et la détermination trouvent leur origine dans leur passé de légionnaires. Une enquête sous haute tension, dans laquelle débordent la fureur et les échos des conflits qui bouleversent le monde en ce début de XXIe siècle. »

Ce mois-ci pour le cinquième match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait deux titres en compétition : Le garçon de l’ombre de Carl-Johan Vallgren et Sans pitié ni remords de Nicolas Lebel.

Lire la suite

Un papillon dans la tempête – Walter Lucius

photostudio_1495806462415

le-resume

« Aux urgences, la journaliste Farah Hafez découvre un petit garçon grièvement blessé. Il a été victime d’un accident de voiture, le chauffeur a pris la fuite. Ses vêtements attirent immédiatement l’attention de la jeune femme : il s’agit d’habits traditionnels afghans de fille. Horrifiée, Farah se souvient d’un rituel pratiqué en Afghanistan, son pays natal, le bacha bazi, qui signifie littéralement « jouer avec les enfants ». L’idée que ces pratiques aient pu arriver jusqu’aux Pays-Bas la met hors d’elle en même temps qu’elle l’effraie. Farah décide de tout mettre en œuvre pour faire éclater la vérité et identifier les ordures qui organisent ce trafic d’enfants. »

Ce mois-ci pour le quatrième match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait trois titres en compétition : Plateau de Franck Bouysse, La nuit derrière moi de Giampaolo Simi et Un papillon dans la tempête de Walter Lucius. Je n’ai pas relu le roman de Franck Bouysse, car il était encore très frais dans ma tête, mais si vous voulez connaître mon avis, il n’a pas changé depuis décembre.

Lire la suite