Biotope – David Coulon

photostudio_1618234722539
photostudio_1555885361723

« RÉPARER DES ÉPAVES.
Il sort de prison. Nous ne connaîtrons jamais son nom. Il a passé huit ans derrière les barreaux pour avoir accidentellement renversé un enfant, alors qu’il conduisait. Maintenant qu’il est libre, la conditionnelle lui permet un emploi d’agent d’accueil dans un garage où on aide les accidentés de la route, les naufragés de la nuit. Une vraie chance pour repartir du bon pied et trouver enfin la rédemption.
UN BUNKER ENFOUI SOUS LA TERRE.
Une nuit, derrière le vacarme sourd du garage, un hurlement. Un long hurlement de terreur pure. Puis des vibrations, des coups portés sur une surface dure semblent sortir du sous-sol. Comme si des hommes et des femmes, en proie à la panique, celle de la nuit la plus obscure, étaient enfermés dans un bunker.
LA TRAQUE DE TROIS ENFANTS DISPARUS.
Trois collégiens, dont les avis de recherche sont toujours diffusés, partout, dans la ville. Une ville gangrénée par des monstres en liberté. Une ville dans laquelle cet homme cherche à fuir les démons de son passé. »

Lire la suite

Fondue au noir – Hervé Jubert

photostudio_1623691558017
photostudio_1555885361723

« Lola ne parle plus depuis ses dix ans, et les médecins ignorent pourquoi. Ça ne l’empêche pas de se faire très vite repérer comme le talent prometteur de sa classe de seconde pro cuisine. Les six apprentis de la brigade sont coachés par le Bosco, une cheffe renommée et imprévisible. Quand elle leur apprend que seuls deux d’entre eux participeront à l’émission Sur le Gril ! Spéciale Apprentis, l’ambiance se tend. Dangereusement. »
Lire la suite

Si fragiles et si forts – Élisabeth Segard

photostudio_1622472731332
photostudio_1555885361723

« Elisabeth Segard entraîne le lecteur dans une merveilleuse chasse au trésor, celui de Napoléon. Ce roman, quasi initiatique, nous fait découvrir aussi l’univers extraordinaire de l’hôtel des Invalides avec des personnages attachants, fragiles et pourtant puissants. »

Eric Giacometti

Abdel est un ancien soldat, qui vit à l’hôtel des Invalides depuis vingt ans. Entre les parties de dames et les blagues de son copain Maurizio, ses journées s’écoulent paisiblement. Gab a neuf ans. Curieux et débrouillard, il vit seul avec sa mère Pélagie. Il aime les dinosaures et le pop-corn.Rien ne prédispose le vieux blessé de guerre et l’enfant à se rencontrer. Rien, sauf un livre, et le fantôme d’un petit tambour. Si fragiles et si forts est une formidable histoire de solidarité et d’espoir. On y rencontre des êtres cabossés par la vie. Certains ont perdu leur bras, leurs jambes, d’autres, leur père. Autour du rêve d’un enfant, ils se trouvent une quête commune.

Lire la suite

Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs – Mathias Enard

photostudio_1620496344935
photostudio_1555885361723

« Pour les besoins d’une thèse sur « la vie à la campagne au XXIe siècle », l’apprenti ethnologue David Mazon a quitté Paris et pris ses quartiers dans un modeste village fictif au bord du Marais poitevin. Logé à la ferme, bientôt pourvu d’une mob propice à ses investigations, s’alimentant au Café-Épicerie-Pêche et puisant le savoir local auprès de l’aimable Maire – également fossoyeur –, le nouveau venu entame un journal de terrain, consigne petits faits vrais et mœurs autochtones, bien décidé à circonscrire et quintessencier la ruralité.
Mais déjà le Maire s’active à préparer le Banquet annuel de sa confrérie – gargantuesque ripaille de trois jours durant lesquels la Mort fait trêve pour que se régalent sans scrupule les fossoyeurs – et les lecteurs – dans une fabuleuse opulence de nourriture, de libations et de langage. Car les saveurs de la langue, sa rémanence et sa métamorphose, sont l’épicentre de ce remuement des siècles et de ce roman hors normes, aussi empli de truculence qu’il est épris de culture  populaire, riche de mémoire, fertile en fraternité. »

Lire la suite

Je vide ma Pile à lire – saison 6 épisode 5

photostudio_1514914942580

J’ai commencé 2021 en dégommant deux livres de ma Pile à lire, puis les choses ont échappé à mon contrôle… Mon bilan du 1er mai était carrément minable avec 171 livres, ce qui n’a jamais été pire. Alors, à votre avis, est-ce que j’ai mieux géré durant le mois de mai ou bien ai-je complètement perdu les pédales ?

Lire la suite