La peau des hommes – Camille Lanvin

photostudio_1558882136144
photostudio_1555885361723

« Découvrez ce que cachent les hommes… J’aimais les hommes. J’aimais leurs peaux, leurs yeux, leurs mains de bûcheron, d’intellectuel, de professeur, de collégien, de vieillard, de nomade… Chacun d’eux était une île à la dérive, un univers encore vierge de mes caresses, un coffre-fort dont je détenais la clé. Estelle multiplie les rencontres. Qu’ils soient tendres, drôles, égoïstes ou spirituels, elle aime observer les hommes et les mettre à nu avec d’autant plus d’entrain qu’elle fuit sa propre histoire. Car l’avantage de tous ces hommes, c’est qu’ils ne sont pas lui : Ganaël, celui qu’elle a réussi à quitter dans un ultime réflexe de survie. L’amour de sa vie à qui elle avait tout donné. A Paris, elle tente désormais de tourner la page, et c’est à travers le regard des hommes qu’elle va chercher la femme en elle, celle dont elle a perdu la trace… » Lire la suite

Le manoir d’Alderney – Anne Perry

photostudio_1559229382199
photostudio_1555885361723

« A la veille de la première guerre mondiale, une simple affaire de détournements de fonds va mener l’avocat Daniel Pitt sur la piste d’une dangereuse conspiration. Londres, 1910. Tout accable Philippe Sidney, diplomate britannique à l’ambassade de Washington, accusé officiellement de détournements de fonds, officieusement d’avoir agressé la fille d’une famille américaine respectée et dérobé un bijou. Chargé de sa défense, Daniel Pitt doute de son client, du dossier, tressé d’étranges coïncidences, et tout autant de lui-même : sa propre soeur est proche de la victime. L’affaire en cache bien une autre et lorsqu’un cadavre vient entraver le procès, le jeune avocat se lance dans une enquête dangereuse, aux rouages labyrinthiques. Une histoire de passions, de vengeance et d’idéaux pervertis, qui, dans l’ombre de la Grande Guerre à venir, le mènera jusque dans la Manche, sur la mystérieuse île d’Alderney… » Lire la suite

Les âmes englouties – Suzanne Jansson

photostudio_1553446514065

le-resume

« Surgie des tourbières scandinaves, une nouvelle voix du polar nordique. Pour travailler à sa thèse de biologie, Nathalie retourne vivre dans sa région natale, au coeur d’une Suède humide et reculée. Dans la petite maison qu’elle habite en forêt, elle se laisse rappeler à son enfance douloureuse, à l’époque où la disparition de la jeune Tracy avait inauguré une succession de drames. Un jour, un cadavre est retrouvé dans la tourbière. Dix années auparavant, déjà, une jeune fille momifiée avait été découverte au même endroit. Bientôt, de nouveaux cadavres affleurent. Alors que la police se met en quête d’un serial killer, Göran, ancien professeur de physique, est convaincu que l’endroit est peuplé de revenants. Cette théorie intrigue aussi Maya, photographe judiciaire. Les trajectoires de Nathalie et de ces deux enquêteurs de l’ombre vont se mêler… et de nombreux secrets seront déterrés. »

Lire la suite

L’Espagnole – Simone Weil

photostudio_1551773014596

le-resume

« Ce recueil de textes de Simone Weil, écrits entre 1936 et 1938, témoigne de son expérience de la guerre d’Espagne. Simone Weil, l’Espagnole, n’a pas hésité à se rendre à Barcelone pour soutenir, au risque de sa vie, la cause d’un peuple pour lequel elle avait une affection sincère. L’Espagne fut la terre qui vit s’affirmer la force de caractère d’une femme prête à mourir pour ses convictions, elle fut malheureusement aussi le lieu où Simone Weil découvrit les affres de la guerre civile, les dérives des mouvements révolutionnaires, la médiocrité des hommes lorsqu’ils se confrontent au pouvoir. Dans le journal de son expérience du front, au-delà de son caractère historique, un style lapidaire laisse entendre une littérature qui se place sur la brèche. Les textes qui suivent le Journal d’Espagne donnent quant à eux un certain écho à la désillusion de Simone Weil tant face à la lâcheté politique qu’à l’inhumanité de ses camarades. Ce recueil se termine sur un article plus théorique, Ne recommençons pas la guerre de Troie, qui souligne le danger de l’utilisation de termes brumeux, d’entités vides : démocratie, capitalisme, communisme, liberté, etc. Les mots n’ont pas de contenu lorsqu’ils fourvoient les peuples et les précipitent dans le sang et dans la haine. Elle rejette catégoriquement les discours abstraits qui mettent en ordre de marche. Simone Weil y oppose une volonté de déconstruire les mécaniques du pouvoir et de son corollaire, le prestige du pouvoir. En ces textes, s’exprime toute la singularité de son humanité, faite d’intransigeance et de cohérence, de raison et de nuances, qui se place invariablement du côté des classes opprimées. Ce recueil contient les textes : – Journal d’Espagne – Fragment de 1936 (« Que se passe-t-il en Espagne ? ») – Lettre à Georges Bernanos – Réflexions pour déplaire – Faut-il graisser les godillots ? – La politique de neutralité et l’assistance mutuelle – Non-intervention généralisée – Ne recommençons pas la guerre de Troie »

Lire la suite

L’or du chemin – Pauline de Préval

photostudio_1547028614259

le-resume

« L’or du chemin est l’histoire de Giovanni, un peintre imaginaire du début du XVe siècle, le fameux Quattrocento. Vivant dans la Florence enfiévrée qui découvre la Renaissance, proche de Brunelleschi, Masolino et Masaccio, il choisit de suivre une voie singulière, à une époque qui voit éclore une nouvelle vision de l’homme, comme une nouvelle conception de l’art avec l’arrivée au pouvoir des grandes familles de marchands et de banquiers. Roman initiatique, marqué par une quête spirituelle, sur fond d’histoire d’amour, il pose en filigrane la question du salut, s’il en est un : comment harmoniser le ciel et la terre ? Comment rendre l’homme meilleur ? Dans quelle mesure l’artiste peut-il y contribuer ? A quel prix ? »

Lire la suite