Une joie féroce – Sorj Chalandon

photostudio_1570366580688
photostudio_1555885361723

«Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l’aime, Jeanne.
Libraire, on l’apprécie parce qu’elle écoute et parle peu. Elle a peur de déranger la vie. Pudique, transparente, elle fait du bien aux autres sans rien exiger d’eux.
À l’image de Matt, son mari, dont elle connaît chaque regard sans qu’il ne se soit jamais préoccupé du sien.
Jeanne, qui a passé ses jours à s’excuser, est brusquement frappée par le mal. «Il y a quelque chose», lui a dit le médecin en découvrant ses examens médicaux. Quelque chose. Pauvre mot. Stupéfaction. Et autour d’elle, tout se fane. Son mari, les autres, sa vie d’avant. En guerre contre ce qui la ronge, elle va prendre les armes. Elle était résignée, la voilà résistante. Elle se dresse, gueule, griffe, se bat comme une furie. Elle découvre l’urgence de vivre, l’insoumission, l’illégalité, le bonheur interdit, une ivresse qu’elle ne soupçonnait pas.
Avec Brigitte la flamboyante, Assia l’écorchée et l’étrange Mélody, trois amies d’affliction, Jeanne la rebelle va détruire le pavillon des cancéreuses et élever une joyeuse citadelle.» Lire la suite

Féroces – Robert Goolrick

photostudio_1570358459442
photostudio_1555885361723

«Les Goolrick étaient des princes. Et tout le monde voulait leur ressembler. C’étaient les années 50, les femmes se faisaient des coiffures sophistiquées, elles portaient des robes de taffetas ou de soie, des gants et des chapeaux, et elles avaient de l’esprit. Les hommes préparaient des cocktails, des Gimlet, des Manhattan, des Gibson, des Singapore Ming, c’était la seule chose qu’ils prenaient au sérieux. Dans cette petite ville de Virginie, on avait vraiment de la classe, d’ailleurs on trouvait son style en lisant le New Yorker. Chez les Goolrick, il y avait trois enfants, tous brillants. Et une seule loi : on ne parle jamais à l’extérieur de ce qui se passe à la maison. À la maison, il y avait des secrets. Les Goolrick étaient féroces.» Lire la suite

Les choses humaines – Karine Tuil

photostudio_1569266676384
photostudio_1555885361723

«Les Farel forment un couple de pouvoir. Jean est un célèbre journaliste politique français ; son épouse Claire est connue pour ses engagements féministes. Ensemble, ils ont un fils, étudiant dans une prestigieuse université américaine. Tout semble leur réussir. Mais une accusation de viol va faire vaciller cette parfaite construction sociale. Le sexe et la tentation du saccage, le sexe et son impulsion sauvage sont au cœur de ce roman puissant dans lequel Karine Tuil interroge le monde contemporain, démonte la mécanique impitoyable de la machine judiciaire et nous confronte à nos propres peurs. Car qui est à l’abri de se retrouver un jour pris dans cet engrenage ?» Lire la suite

L’apprenti – Tess Gerritsen

photostudio_1566219705585
photostudio_1555885361723

«Depuis qu’elle a envoyé Warren Hoyt derrière les barreaux, l’inspecteur Jane Rizzoli essaie de retrouver une vie normale. Surnommé le Chirurgien en raison de son habileté à manier le bistouri, cet homme lui a fait subir un terrible calvaire qu’elle n’est pas près d’oublier. Mais quand une série de crimes atroces ensanglante la région de Boston, la jeune femme comprend que son cauchemar est loin d’être terminé. En effet, les méthodes sadiques employées lui laissent supposer que ces meurtres sont l’œuvre d’un admirateur du Chirurgien. Ce que Jane Rizzoli ignore encore est que l’élève et le maître ont décidé de conjuguer leurs talents pour en finir avec elle…» Lire la suite

Docteur Holmes – Stéphane Bourgoin

photostudio_1567951415284
photostudio_1555885361723

«Dans ce premier Opus de la collection Serial Killer, Stéphane Bourgoin nous raconte l’histoire terrifiante du Docteur Holmes…
Herman Webster Mudgett ou H. H. Holmes (16 mai 1860 – 7 mai 1896), plus connu sous le pseudonyme de Docteur Henry Howard Holmes, est un tueur en série américain. Pendant les années 1890, Holmes est l’assassin de probablement deux cents clients dans son hôtel de Chicago qu’il avait ouvert à l’occasion de l’Ex-position universelle de 1893. Après sa condamnation, il a avoué 27 meurtres et, bien que seuls neuf aient été confirmés, il est estimé qu’il en aurait commis deux cents. Holmes est souvent considéré comme le premier tueur en série américain…»

Lire la suite