Sans pitié ni remords – Nicolas Lebel

photostudio_1497295387120
photostudio_1555885361723

« 9 novembre, cimetière du Montparnasse. Le capitaine Mehrlicht assiste, en compagnie de son équipe, aux obsèques de son meilleur ami, Jacques Morel. Quelques heures plus tard, il se retrouve dans le bureau d’un notaire qui lui remet, comme héritage, une enveloppe contenant un diamant brut. Il s’agit de l’un des yeux d’une statue africaine, le Gardien des Esprits, dérobée dix ans auparavant lors du déménagement du Musée des arts africains et océaniens, que Jacques avait supervise, et recherchée depuis par la Police de l’Art. Mehrlicht prend un congé et son équipe se retrouve sous le commandement du capitaine Cuvier, un type imbuvable aux multiples casseroles, quand les inspecteurs Latour et Dossantos sont appelés sur la scène de l’apparent suicide d’un retraité. Quelques heures plus tard, ils assistent impuissants a la défenestration d’une femme qui, se sentant menacée, avait demande la protection de la police. Les deux suicides avaient un point commun : ils travaillaient ensemble au MAOO lors de son déménagement. Ces événements marquent le début de 48 heures de folie qui vont entraîner Mehrlicht et son équipe dans une course contre la montre, sur la piste de meurtriers dont la cruauté et la détermination trouvent leur origine dans leur passé de légionnaires. Une enquête sous haute tension, dans laquelle débordent la fureur et les échos des conflits qui bouleversent le monde en ce début de XXIe siècle. »

Ce mois-ci pour le cinquième match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait deux titres en compétition : Le garçon de l’ombre de Carl-Johan Vallgren et Sans pitié ni remords de Nicolas Lebel.

Lire la suite

Un papillon dans la tempête – Walter Lucius

photostudio_1495806462415
photostudio_1555885361723

« Aux urgences, la journaliste Farah Hafez découvre un petit garçon grièvement blessé. Il a été victime d’un accident de voiture, le chauffeur a pris la fuite. Ses vêtements attirent immédiatement l’attention de la jeune femme : il s’agit d’habits traditionnels afghans de fille. Horrifiée, Farah se souvient d’un rituel pratiqué en Afghanistan, son pays natal, le bacha bazi, qui signifie littéralement « jouer avec les enfants ». L’idée que ces pratiques aient pu arriver jusqu’aux Pays-Bas la met hors d’elle en même temps qu’elle l’effraie. Farah décide de tout mettre en œuvre pour faire éclater la vérité et identifier les ordures qui organisent ce trafic d’enfants. »

Ce mois-ci pour le quatrième match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait trois titres en compétition : Plateau de Franck Bouysse, La nuit derrière moi de Giampaolo Simi et Un papillon dans la tempête de Walter Lucius. Je n’ai pas relu le roman de Franck Bouysse, car il était encore très frais dans ma tête, mais si vous voulez connaître mon avis, il n’a pas changé depuis décembre.

Lire la suite

La nuit derrière moi – Giampaolo Simi

photostudio_1495728458740
photostudio_1555885361723

« Bien sous tous rapports, Furio est commercial dans une société d’imprimerie. Soigner son sourire et ses chaussures, tel est le secret, selon lui, du parfait vendeur. Il a une belle maison dans la province de Pise, une superbe femme, une fille excessivement gâtée pour qui il s’efforce d’être un père présent et compréhensif. Un modèle. Mais, derrière les apparences, se cache la face sombre de Furio, qui rôde pour une raison obscure près d’un lycée où il épie les jeunes filles. Quand il commence à rencontrer quelques soucis professionnels et qu’il découvre que sa femme, Elisa, lui ment, son « vernis de respectabilité » se craquelle peu à peu. La tension monte, jusqu’à devenir insupportable. Va-t-il parvenir à se contrôler encore longtemps ? »

Ce mois-ci pour le quatrième match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait trois titres en compétition : Plateau de Franck Bouysse, Un papillon dans la tempête de Walter Lucius et La nuit derrière moi. Alors, à votre avis, lequel a eu ma préférence ?

Lire la suite

Les enfants du Cap – Michèle Rowe

photostudio_1493152822951
photostudio_1555885361723

« Persy Jonas, jeune inspectrice noire issue des townships, est chargée de l’enquête sur un meurtre qui la renvoie à sa propre histoire. C’est donc avec réticence qu’elle accepte de collaborer avec Marge Labuschagne, une psychologue criminelle à la retraite, qu’elle considère comme une incorrigible raciste. Mais Marge a elle aussi quelques raisons de vouloir oublier le passé. Liées par bien plus de choses qu’elles ne le soupçonnent, les deux femmes finiront par comprendre que les plus lourds secrets sont ceux que l’on se cache à soi-même… »

Ce mois-ci pour le troisième match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait trois titres en compétition : Dedans ce sont des loups de Stéphane Jolibert, Te laisser partir de Clare Mackintosh et Les enfants du Cap de Michèle Rowe dont je vais vous parler aujourd’hui. Alors, à votre avis, lequel a eu ma préférence ?

Lire la suite

Dedans ce sont des loups – Stéphane Jolibert

photostudio_1492954431280
photostudio_1555885361723

« Un univers gelé, sous la neige huit mois sur douze, quelque part au-delà de la frontière au nord, aux confins du monde civilisé. Dans ce monde où le bruit des arbres et des bêtes est tamisé par le poids de la neige, il y a le vieux Tom, qui a perdu ses jambes et distille de l’alcool dans son laboratoire clandestin. Il y a Nats, qui livre la gnôle entre la ferme de Tom et le Terminus, le bar-hôtel-bordel sur la route déserte qui mène à la ville lointaine. Il y a Sarah la rousse, qui émeut Nats au-delà du rationnel, il y a l’Irlandais, le contremaître, Leïla la prostituée et le mécano Twigs la Levrette. Et puis Marthe qui subit la violence de son mari alcoolique. Tout ce monde-là survit, malgré la neige et les coups durs, parce qu’il n’y a pas d’autre endroit où aller. Tous luttent contre les loups, tous les loups, quels qu’ils soient. »

Et voici le retour du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar ! Et c’est parti pour le troisième match, avec encore trois titres ce mois-ci : Dedans ce sont des loups de Stéphane Jolibert, Te laisser partir de Clare Mackintosh et Les enfants du Cap de Michele Rowe.

Lire la suite