Si on dansait… – Rachel Joyce

siondansait

le-resume

« À Londres, au bout d’une impasse délabrée, Frank n’est pas un disquaire comme les autres. Chez ce marchand de vinyles, une belle équipe de joyeux marginaux se serre les coudes, tous un peu abîmés par la vie. Surtout, Frank a un don. Il lui suffit d’un regard pour savoir quelle musique apaisera les tourments de son client. Quitte à préconiser du Aretha Franklin à un obsessionnel de Chopin… C’est ainsi que Frank fait la rencontre de Lisa, une mystérieuse femme au manteau vert. Après s’être évanouie devant sa boutique, elle le supplie de l’aider à comprendre la musique. Lors de leurs rendez-vous, Frank replonge dans sa propre enfance, revoyant sa mère, l’excentrique Peg, lui passer des vinyles sur sa vieille platine. Lui qui ne croit plus en l’amour depuis longtemps sent son cœur vibrer à nouveau. Et puis, un jour, Frank découvre le secret de Lisa. Le monde s’écroule, il disparaît. C’est sans compter, pourtant, sur l’extraordinaire solidarité qui règne sur Unity Street. Car après le chaos, il n’est jamais trop tard pour faire renaître l’espoir et réapprendre à danser… »

Lire la suite

Publicités

La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi… – Rachel Joyce

la-lettre-qui-allait-changer-le-destin-d-harold-fry-arriva-un-mardi-rachel-joyce

le-resume

« Ce matin-là, lorsqu’Harold Fry quitte son appartement pour aller poster une lettre, fermant la porte sur son épouse qui passe l’aspirateur, il est loin de se douter que cette promenade deviendra une traversée de l’Angleterre.
Sans boussole ni carte, sans téléphone ni chaussures de marche, il fait le premier pas. La seule chose qu’il sait c’est qu’il doit absolument continuer. Pour sauver une vie.
Jeune retraité à la vie bien rangée, malmené par une épouse exaspérante dans ses paroles et ses gestes, Harold Fry reçoit un matin une lettre d’une vieille amie perdue de vue depuis longtemps qui lui annonce sa mort prochaine. Un courrier auquel il s’empresse de répondre. Une réponse qu’il s’empresse d’aller porter à la boîte aux lettres la plus proche, une impulsion qui lui dicte d’aller jusqu’à la prochaine…
Harold sort de la ville, animé par l’intuition qu’il doit remettre cette lettre en main propre à son amie. Et que, tant qu’il marchera, elle vivra. Poussé par cette conviction indéfectible, Harold entame alors une véritable pèlerinage à travers le pays. L’occasion pour lui de réfléchir sur sa vie, ses regrets, son avenir. »

Lire la suite