Histoires de la nuit – Laurent Mauvignier

photostudio_1602510030524
photostudio_1555885361723

« Il ne reste presque plus rien à La Bassée : un bourg et quelques hameaux, dont celui qu’occupent Bergogne, sa femme Marion et leur fille Ida, ainsi qu’une voisine, Christine, une artiste installée ici depuis des années. On s’active, on se prépare pour l’anniversaire de Marion, dont on va fêter les quarante ans. Mais alors que la fête se profile, des inconnus rôdent autour du hameau. »

photostudio_1555885425446

S’il n’y avait eu que moi, je pense que je serais peut-être passée à côté d’Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier. Déjà parce que je ne suis pas une inconditionnelle des Éditions de Minuit et parce que le résumé ne m’attirait pas plus que ça. Mais mes collègues ont commencé à parler de ce roman et, du coup, ma curiosité a été piquée. J’ai aussi découvert que Laurent Mauvignier était originaire de Touraine, il ne m’en a pas fallu plus pour me lancer dans ce pavé de 640 pages.

L’écart des trois filles seules est un hameau qui abrite trois maisons. Dans la première il n’y a plus personne ; dans la deuxième vit Christine une artiste-peintre et dans la troisième on trouve Patrice, sa femme Marion et leur fille Ida. Alors que tout le monde se prépare à fêter les quarante ans de Marion, que les gâteaux cuisent au four chez Christine, un homme arrive. Ses deux frères vont se joindre à la fête avec lui. Une fête d’un autre genre.

Je n’avais jamais eu l’occasion de lire un roman de Laurent Mauvignier, je ne peux donc pas comparer Histoires de la nuit aux autres de l’auteur – mais apparemment il est très différent. J’ai été assez épatée par la longueur des phrases et la fluidité de l’écriture. Il y a des passages très beaux, emprunts d’émotion.

Tout se met en place doucement. On sent qu’il y a un malaise, car Christine reçoit des lettres de menaces, et puis soudain, au milieu de l’après-midi le chien n’aboie plus. Et cet homme qui arrive pour visiter la maison. Puis qui frappe à nouveau à la porte un peu plus tard – honnêtement, à ce moment-là, j’ai eu des frissons de peur, je me suis retrouvée dans Funny Games d’Haneke – un film qui m’a complètement traumatisée – et c’est là que je me suis un peu perdue. Mes collègues m’ont dit « violence », « rythme soutenu », « suspense haletant » et j’ai été un peu déçue en ce qui concerne l’intrigue que j’ai l’impression d’avoir déjà lue et relue. Pas de surprise, donc. Peut-être parce que je suis habituée des thrillers, peut-être en raison de ce sentiment de déjà-vu, j’ai compris rapidement où avait choisi de nous embarquer Laurent Mauvignier. Mais après tout, l’intrigue ne fait pas tout. Et le style m’a plu. Vraiment. J’ai trouvé ça limpide, fluide, facile, comme si les mots avaient trouvé naturellement leur place. Et je dois dire que ça, ça m’a franchement embarquée.

Ma chronique sur France Bleu Touraine :

photostudio_1555881547414

Histoires de la nuit – Laurent Mauvignier – Éditions de Minuit – 640 pages (septembre 2020)

2 réflexions sur “Histoires de la nuit – Laurent Mauvignier

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 5 épisode 9 | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s