Le Don du loup -Anne Rice

photostudio_1487597092091

le-resume

« Quand le San Francisco Observer l’envoie écrire un article sur l’incroyable demeure de la famille Nideck, perchée sur un balcon rocheux surplombant le Pacifique, Reuben, vingt-trois ans, est loin de se douter que sa vie va en être bouleversée. Il est accueilli sur le seuil par l’énigmatique et troublante Marchent Nideck, qui s’apprête à vendre la propriété héritée d’un oncle, disparu dans des circonstances étranges vingt ans plus tôt. Une irrésistible alchimie s’opère entre Marchent et le jeune homme qui se laisse volontiers séduire. Mais leur nuit idyllique tourne au cauchemar quand Reuben est violemment attaqué – et mordu – par une bête sauvage que les ténèbres l’empêchent d’identifier.
Commence alors pour lui un processus de transformation à la fois terrifiant et exaltant. Et bientôt, partagé entre horreur et euphorie, entre l’acceptation de son sort et la peur de ce qui l’attend, Reuben se découvre des pouvoirs d’homme-loup. Tout en s’efforçant de protéger son terrible secret, il devra répondre à certaines questions qui mettent en jeu son identité profonde. Pourquoi a-t-il reçu le don du loup ? Quelle est sa vraie nature ? Et existe-t-il d’autres créatures à son image ? » Lire la suite

L’amour est une femme – Frédéric Mars

photostudio_1472926722840

le-resume

« 2010, Tom Albrecht, 38 ans, reporter d’images, part en Irak toujours déchiré par la guerre civile.
Victime d’un attentat, il se réveille à l’Hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce mais des pans entiers de sa mémoire lui font défaut. Il revient à la vie grâce au visage d’une infirmière qu’il parvient à identifier : Alessia d’Alessandro, son amour de jeunesse, celle qui l’a abandonné mystérieusement. »

Lire la suite

La 25e heure – Feldrik Rivat

lavingtcinquiemeheure

le-resume

« Décembre 1888. Alors que le bon peuple de Paris s’interroge sur cette tour que l’impérieux Gustave Eiffel fait édifier à grand frais, d’étranges rumeurs circulent dans les faubourgs de la capitale : les morts parlent ! Interpellé par la presse à ce sujet, le préfet de police M. Henry Lozé tourne en ridicule « les plaisanteries de quelques coquins ». Ainsi parle-t-il devant le beau monde, sous les feux du parvis de l’Opéra Garnier. Mais, depuis l’ombre de ses cabinets, l’homme lance sur cette affaire les plus fins limiers de la République. Pendant ce temps, l’Académie de Sciences en appelle à ses éminents savants pour que la pensée rationnelle, une fois pour toutes, triomphe des ténèbres de l’obscurantisme. »

Lire la suite