Les lettres que je ne vous ai jamais envoyées – Latie Gétigney

photostudio_1533403597057

le-resume

« Londres, janvier 1797 : Cher Monsieur Clenneth… C’est ainsi que commencent les lettres que Miss Amy Rosebury écrit au gentleman entraperçu dans une librairie de Covent Garden par un bel après-midi d’hiver. Des lettres dans lesquelles elle ouvre son coeur d’autant plus librement qu’elle ne les lui enverra jamais et que leurs chemins ont peu de chances de se croiser à nouveau. Du moins, c’est ce qu’elle pense… Mais la gentry anglaise est un bien petit monde. Entre malentendus, convenances et faux-semblants, un roman d’amour et d’aventure, comme une rencontre entre Orgueil et préjugés et Autant en emporte le vent. »

monavis

Les lettres que je ne vous ai jamais envoyées de Latie Gétigney a remporté le prix 2018 de la meilleure romance attribué par les éditions Diva. Et je dois le reconnaître, c’est tout à fait le genre de livres que j’avais envie de lire pour me consoler d’avoir repris le travail.

Amy croise le regard d’un homme dans une librairie et c’est le coup de foudre. Mais nous sommes en 1797 et il est impossible à la jeune femme de s’approcher du jeune homme, de l’aborder et du lui demander son numéro de téléphone – encore moins de vérifier s’il est inscrit sur Tinder. Et oui, le XVIIIe siècle, ce n’était pas la période idéale pour se trouver un mec autrement que parce qu’il nous avait été présenté par les parents ou parce qu’il évoluait dans les mêmes cercles que nous. Et parce qu’elle ne peut oublier ce beau regard profond, Amy commence à écrire des lettres – qu’elle cache ensuite dans un coffre, il ne faudrait pas que quelqu’un tombe dessus – à ce bel homme qui s’appelle en réalité Monsieur Clenneth.

Grand morceau de chance, il se trouve que ce Monsieur Clenneth est un ami du futur époux de la sœur d’Amy et qu’il va donc arriver à la jeune fille de le croiser et surtout d’apprendre à le connaître (de jolis yeux, ça ne suffit tout de même pas). Bien entendu, il va y avoir de nombreuses péripéties dans cette histoire et il ne sera pas facile pour Amy de se faire aimer par celui qui a juré qu’il ne se marierait jamais. Mais tout cela, je vous laisse le découvrir.

Pour ma part, j’ai été plutôt séduite par cette histoire. J’ai trouvé les personnages attachants et je ne me suis pas ennuyée – j’ai même oublié un instant que je n’étais plus en vacances, c’est dire. On retrouve chez Latie Gétigney l’esprit de Georgette Heyer. Et pour ceux qui connaissent Georgette Heyer, c’est un joli compliment.

signature

Les lettres que je ne vous ai jamais envoyées – Latie Gétigney – Diva Romance – 236 pages (juin 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

lectricecharleston

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s