Les liens – Domenico Starnone

photostudio_1560096336437

photostudio_1555885361723
« Comme beaucoup de mariages, celui de Vanda et d’Aldo a essuyé le feu des épreuves, l’usure, le poids de la routine. Et pourtant, il en est sorti intact. Du moins au premier regard. La faille au sein de leur couple, la trahison d’Aldo, remonte à un passé lointain. À y regarder de plus près, les fissures et les morceaux recollés sautent aux yeux. C’est un vase craquelé qui peut se briser au moindre contact. Peut-être a-t-il même déjà éclaté, même si nul ne veut l’admettre. À travers un récit subtil et tranchant, Domenico Starnone nous fait pénétrer dans l’intimité d’une famille napolitaine saisie à différentes époques – l’histoire d’une fuite, d’un retour, d’une débâcle qui lie ensemble chacun de ses membres et les précipite dans un redoutable carnage domestique. »
photostudio_1555885425446

J’ai lu Les liens de Domenico Starnone grâce au comité de lecture Cultura. Je ne connaissais pas cet auteur napolitain et en faisant deux ou trois recherches, j’ai découvert que le septuagénaire avait écrit plusieurs romans, dont certains ont été traduits et surtout qu’on le soupçonne d’être Elena Ferrante. Lui ou sa femme, Anita Raja.

Ce qui est à retenir, au-delà du mystère, pour ceux qui connaissent la plume d’Elena Ferrante, c’est que celle de Domenico Starnone est assez proche de celle d’Elena Ferrante pour que l’on puisse croire que lui et elle ne font qu’un – un certain gage de qualité.

Les liens est un court roman, sur l’histoire d’Aldo et Vanda. Une histoire faite de tromperie, de rancune, de réconciliation, de colère larvée et d’amour. Lorsque le couple de septuagénaire revient de quelques jours de vacances, l’appartement est sens dessus dessous et le chat a disparu. Y a-t-il un lien avec la jeune livreuse qui a arnaqué Aldo de cinq euros quelques jours auparavant ? Doit-il y voir un constat de faiblesse et de vieillesse ?

J’ai lu Les liens d’une traite – le roman fait moins de 200 pages – et je dois dire Je j’ai plutôt bien aimé cette histoire. L’auteur brouille un peu les pistes, nous fait nous attarder sur des détails sans importances et nous rappelle qu’il y a autant de points de vue que de personnes. J’ai été agréablement surprise par ce roman, pioché un peu par hasard. De là à vous conseiller de l’acheter… pas forcément. En revanche, si vous le trouvez dans votre bibliothèque, là, je vous invite à le lire.

photostudio_1555881547414

Les liens – Domenico Starnone – Fayard – 178 pages (août 2019)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s