Le crocus jaune – Laila Ibrahim

photostudio_1584901317857
photostudio_1555885361723

«A sa naissance, Lisbeth est enlevée à sa mère pour être confiée à Mattie, une esclave, qui se voit contrainte de se séparer de son propre bébé pour devenir la nourrice de l’enfant.
Lisbeth vient d’un monde fait de privilèges et ne comprend pas sa mère, si distante et abattue, ni son père, propriétaire d’esclaves. En grandissant, elle va développer auprès de Mattie une relation intense, qui va influencer leurs vies pendant des décennies. Mais un tel lien entre deux personnes que tout sépare est-il vraiment sans conséquence ?»

photostudio_1555885425446

Lorsque j’ai vu passer la couverture du Crocus jaune sur les réseaux sociaux, je me suis dit que ce livre allait me plaire. Le premier roman Laila Ibrahim raconte la relation très forte entre une enfant et sa nourrice, Mattie, une esclave noire qui a dû laisser son propre fils pour s’occuper de Lisbeth.

La couleur des sentiments de Kathryn Stockett est l’un de mes romans préférés et j’espérais retrouver un peu de la magie de ce roman dans les pages du Crocus jaune. Évidemment, en espérqnt retrouver l’émotion procurée dans un de mes romans favoris, j’ai dans doute mis un peu trop de pression au Crocus jaune. Et en fait, non, il n’est pas aussi bien que La couleur des sentiments. Mais est-il mauvais pour autant ? Bien sûr que non !

Mattie est une esclave. A la naissance de son fils, on la fait venir dans la maison de ses maîtres afin qu’elle devienne la nourrice de leur bébé. Pour elle, évidemment, c’est un déchirement de quitter son enfant et elle espère simplement que cela ne va pas durer trop longtemps, que son garçon ne va pas l’oublier. La petite fille dont elle doit s’occuper de fait rapidement une place dans son cœur. Malgré elle.

La petite s’est tellement attachée à sa nourrice que la famille va la garder beaucoup plus longtemps que prévu auprès d’elle. Elle ne verra son propre enfant qu’une fois par semaine, le dimanche, et parfois même accompagnée de Lisbeth qui n’aime pas être loin d’elle.

La relation entre la nourrice et l’enfant va avoir des conséquences sur leurs vies à toutes les deux. Lisbeth, en s’intéressant à la vie de Mattie, découvre la vie des esclaves et s’insurge de voir les attitudes de ceux qu’elle fréquente vis-à-vis d’eux. Mais dans les années 1830, on est encore loin de parler d’égalité entre les blancs et les noirs.

J’ai beaucoup aimé cette lecture. Elle ne sera pas inoubliable, mais je l’ai appréciée et j’ai pu m’évader quelques heures dans une jolie histoire. Et en ce moment, moi, je suis preneuse de tout ce qui peut me permettre de laisser partir mes pensées.

photostudio_1555881547414

Le crocus jaune – Laila Ibrahim – Charleston – 322 pages (mars 2020)

lectricecharleston

Une réflexion sur “Le crocus jaune – Laila Ibrahim

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 5 épisode 3 | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s