Peer Gynt, acte I – Antoine Carrion

photostudio_1614025137504
photostudio_1555885361723

« Peer Gynt est l’adaptation en deux tomes d’une pièce de théâtre d’Henrik Ibsen. Cet opus adapte les actes I, II et III, le second, les actes IV et V. Antoine Carrion propose une relecture inspirée par le romantisme du XIXe siècle afin d’en épouser les reliefs dramatiques. Peer Gynt se rêve empereur, faisant le tour du monde. Des ambitions loin de son quotidien de paysan. Mais tout a un prix… »
photostudio_1555885425446

Peer Gynt est la dernière sortie de Métamorphose, une collection de livres que j’aime tout particulièrement. Sans doute parce que c’est assez sombre et torturé. Antoine Carrion a travaillé sur une réécriture et une adaptation en bande dessinée d’une pièce norvégienne que je ne connaissais pas. Néanmoins, en faisant quelques recherches sur la pièce d’Henrik Ibsen, j’ai découvert que je connaissais la musique de Peer Gynt, composée par Edvard Grieg. Mais revenons-en à notre bande dessinée.

Cet album est le premier tome d’un dyptique. Antoine Carrion a fait le choix du noir et blanc pour les illustrations. Ces dernières sont très belles – j’aime beaucoup les visages et les décors de forêt – mais parfois, on se perd un peu dans les détails et je me demande si la couleur n’aurait pas mieux servi l’illustration, même si évidemment ce choix du noir et blanc contribue à plonger le lecteur dans l’ambiance.

Peer Gynt est un drôle de personnage, tendre parfois, fantasque souvent. Mais son comportement avec les femmes laisse clairement à désirer. Certains pourraient dire qu’il profite de la vie, d’autres qu’il prend ce qu’il veut et ne s’embarrasse pas du mal qu’il fait. Séduire la mariée le jour de ses noces, s’enfuit avec elle et la planter après quelques étreintes voluptueuses n’a rien de glorieux. Vous l’aurez compris, je n’ai pas trouvé Peer Gynt super attachant. Et pourtant, par moment, il se montre touchant, ce qui le rachète un petit peu à mes yeux.

Les dessins sont beaux, le texte quant à lui est typique du théâtre, on lit cette bande dessinée comme une pièce illustrée et l’on peut facilement imaginer ce que cela pouvait donner sur scène – en espérant que les décors soient à la hauteur car Antoine Carrion a placé la barre haute.

En revanche, je n’ai pas été vraiment séduite par l’histoire, c’est peut-être trop étrange pour moi, mais je suis ravie de la découverte et je salue le travail d’Antoine Carrion, tout en attendant la sortie de la suite afin de savoir comment l’histoire se termine – même si je n’imagine pas vraiment un happy end.

photostudio_1555881547414

Peer Gynt – Antoine Carrion – Métamorphose – 90 pages (février 2021)

2 réflexions sur “Peer Gynt, acte I – Antoine Carrion

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s