École pour filles – Ariane Lessard

photostudio_1661346322717
resume« Dans un pensionnat perdu au milieu de la forêt sont recluses des adolescentes sauvages, parfois cruelles, et leurs enseignantes. C’est à travers les voix intérieures des protagonistes que l’on accède à leurs peurs et à leurs désirs, à ce qui se trame et se joue derrière les murs de ce pensionnat, entre savoirs occultes et violences réprimées. »
monavis
J’ai décidé de me pencher sérieusement sur les éditions La ville brûle, dont les publications sont assez atypiques. Et en parlant de publications atypiques, ça ne va pas être simple de vous parler d’École pour filles de la Canadienne Ariane Lessard. Ça me fait penser à une époque de ma vie où j’étais correspondante culturelle à Ouest-France à Rennes (correspondant, c’est un peu comme pigiste, mais plus mal payé). A cette époque, j’allais à plein de concerts, de spectacles, c’était vraiment cool. Et c’est comme ça que j’ai découvert la danse contemporaine et d’autres spectacles hors cadres. Difficile de parler d’une pièce où les spectateurs n’avaient pas de chaises pour s’installer car elles étaient empilées par terre et qu’il fallait suivre les danseurs de la salle au hall d’entrée pour continuer à les voir danser. Je ne vous parle même pas de cette pièce de théâtre no ou un type s’est mis à poil au moment de saluer le public. Difficile à décrire. « Peut-être pas un spectacle familial » m’avait à l’époque semble être bon d’écrire. Dans tous les cas, lorsque je ne panais rien à un truc complètement barré, je glissais le mot « conceptuel ». Quand j’y repense, j’ai des dizaines et des dizaines d’anecdotes dans le même genre, c’était vraiment une époque marrante… Bref, en tout cas, École pour filles est un livre atypique, mais de toute façon, la couverture le laissait bien penser. Elle me plaît bien d’ailleurs cette couverture avec ces filles dont on ne voit pas le visage à cause des flammes. Des filles qui se tiennent par la main, en uniforme d’écolière, devant la forêt. Cette couverture résume assez bien le livre. Conceptuelle. Conceptuel.

Il s’agit d’un roman court, choral, poétique. On va entendre les voix de plusieurs des jeunes filles. Leurs pensées secrètes – si vous avez un jour rêve d’entrer dans la tête de quelqu’un, ce livre pourrait vous faire changer d’avis. Parfois, il est préférable de ne pas savoir. Certaines se détestent, d’autres s’aiment, sont plus simplettes, ne pensent qu’au sexe, voient des choses que les autres ne voient pas…

Si ce roman est tout à fait étrange, il m’a beaucoup plu. D’ailleurs, récemment j’ai cru l’avoir mis par erreur dans la pile pour la boîte à livres et j’en étais très malheureuse. Jusqu’à ce que je le retrouve. Preuve de mon attachement.

Je ne sais pas si je vous ai donné envie de le lire. Pas simple d’en parler en tout cas.
signaturevisage

École pour filles – Ariane Lessard – La ville brûle – 144 pages (septembre 2022)

Publicité

Une réflexion sur “École pour filles – Ariane Lessard

  1. Pingback: I / L | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s