N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures – Paola Pigani

photostudio_1587675839441
photostudio_1555885361723

« Autour du feu, les hommes du clan ont le regard sombre en ce printemps 1940. Un décret interdit la libre circulation des nomades et les roulottes sont à l’arrêt. En temps de guerre, les Manouches sont considérés comme dangereux. D’ailleurs, la Kommandantur d’Angoulême va bientôt exiger que tous ceux de Charente soient rassemblés dans le camp des Alliers. Alba y entre avec les siens dans l’insouciance de l’enfance. À quatorze ans, elle est loin d’imaginer qu’elle passera là six longues années, rythmées par l’appel du matin, la soupe bleue à force d’être claire, le retour des hommes après leur journée de travail. C’est dans ce temps suspendu, loin des forêts et des chevaux, qu’elle deviendra femme au milieu de la folie des hommes. N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, dit le proverbe : on n’entre pas impunément chez les Tsiganes, ni dans leur présent ni dans leur mémoire Mais c’est d’un pas léger que Paola Pigani y pénètre. Et d’une voix libre et juste, elle fait revivre leur parole, leur douleur et leur fierté. »

photostudio_1555885425446

Lorsque je me suis abonnée à My Book Box, N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures de Paola Pigani est le premier roman que j’ai reçu. C’était la box #10 Mémoire(s). Le titre m’a tout de suite plu, j’ai été séduite par sa poésie et son incongruité. J’ai eu envie de le lire tout de suite. Mais je n’ai pas eu le temps. On en est à la box #46… Sans commentaire.

J’ai profité du confinement pour taper un peu dans ma Pile à Lire spéciale My Book Box et évidemment j’ai été à nouveau attirée par ce roman et son titre mystérieux. N’entre pas dans mon âme avec mes chaussures est un proverbe tzigane. Et ce roman raconte un épisode de l’histoire : l’interdiction de circuler pour les gens du voyage durant la Seconde Guerre mondiale et l’internement de nombre d’entre eux au camp des Allures en Charente.

Paola Pigani a rencontré la communauté manouche, notamment une femme ayant été internée dans ce camp, et sa petite-fille qui lui raconte des histoires qu’elle a entendues sur cette période. Et c’est cela que Paola Pigani raconte, l’histoire d’Alba et des siens et des six années enfermés, les uns sur les autres, à ne pas manger à leur faim et à ne pas pouvoir vivre comme ils en ont besoin : libres, sur les routes, en contact avec la terre.

C’est un très joli texte, poignant et surtout éclairant. Je ne connaissais pas cette histoire du camp des Alliées, et je ne connais pas très bien non plus la culture tzigane. J’ai beaucoup appris et j’ai beaucoup reçu. Un indice de plus qui me dit que j’ai bien fait de m’abonner à cette box littéraire créée en Touraine et désormais installée à Saint-Malo. Même si je n’ai pas toujours – euphémisme ! – le temps de lire les romans que je reçois aussitôt, je ne suis jamais déçue. Car il y a un point commun entre tous les livres que j’ai déjà pu lire : l’humanité.

photostudio_1555881547414

N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures – Paola Pigani – Liana Levi – 224 pages (septembre 2014)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s