Tue-moi si tu veux – Adam Croft

photostudio_1588005321598
photostudio_1555885361723

« La vie de Nick Connor paraît enviable à plus d’un titre : un roman à succès, une jolie maison, une vie de famille épanouie aux côtés de Tasha, sa femme, et de leur fille de cinq ans, Ellie. Ce bonheur de façade se brise le jour où Ellie est enlevée sur le chemin de l’école. Soumis à la pression médiatique et policière, Nick et Tasha s’éloignent l’un de l’autre. Mais le pire reste encore à venir. Le ravisseur d’Ellie pose à Nick un ultimatum terrible : s’il veut revoir sa fille vivante, il doit assassiner sa femme. Un compte à rebours implacable se met en place. Qui est le ravisseur d’Ellie ? Nick pourra-t-il échapper à cet odieux chantage sans commettre l’irréparable ? Et si, sous ses airs de père et de mari modèle, Nick était en partie responsable de cette tragédie ? »

photostudio_1555885425446

Malgré un titre français que je trouve mauvais – Her last tomorrow a été traduit par Tue-moi si tu veux – j’étais assez tenté par la lecture de ce roman d’Adam Croft, sélectionné pour le prix des lectrices Charleston. Ce roman est un best-seller en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Un bon petit thriller, voici ce dont j’avais besoin… Je me suis donc plongée dedans avec l’intention de savourer ma lecture.

Nick Connor est écrivain. Il vit avec sa femme, Natasha et leur fille de cinq ans, Ellie. Un jour, Ellie disparaît alors qu’il la laisse trente secondes seule dans sa voiture devant chez eux. Entre les soupçons de la police qui ne croit pas sa version et sa femme qui l’agonit de reproches, la situation de Nick est assez compliquée. Le ravisseur d’Ellie finit par le contacter : s’il veut revoir sa fille, il doit tuer sa femme. Évidemment, il ne doit rien à personne…

A travers les points de vue de Nick et de Tasha, on découvre un couple qui battait de l’aile avant même l’enlèvement de leur petite fille. Les tensions sont nombreuses et même si Tasha n’est pas la femme la plus sympathique du monde, c’est assez surprenant de voir que quelqu’un a kidnappé sa fille afin que son mari l’assassine.

J’ai eu du mal à m’attacher aux personnages et surtout, j’ai été sciée car il m’a tout de même semblé que Nick s’était un peu trop facilement dit : « bon, ben, si je dois tuer ma femme, et bien soit, je vais la tuer… ». Enfin, ce n’est pas tout à fait cela… Pour être précise, je trouve que Nick s’était un peu trop facilement dit : « bon, ben, si je dois tuer ma femme, et bien soit, je vais la tuer. Non. Mieux, je vais la faire tuer. Je vais bien trouver un tueur sur le Darknet. Comment on y va ? Je vais taper Darknet sur Google. » Évidemment, je caricature, mais on n’est pas tout à fait loin de la vérité… Nick est un personnage super immature. Et pénible.

Bon, je n’avais pas deviné la fin, mais pour autant, ça ne rattrape pas le reste du livre. Donc franchement, j’aurais pu m’abstenir de lire Tue-moi si tu veux. Et peut-être que vous aussi.

photostudio_1555881547414

Tue-moi si tu veux – Adam Croft – Charleston noir – 315 pages (janvier 2020)

lectricecharleston

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s