Mamma Maria – Serena Giuliano

photostudio_1605212100663
photostudio_1555885361723

« Ciao, Sofia, qu’est-ce que je te sers? Comme d’habitude? Et j’ajoute un cornetto, parce qu’il faut manger, ma fille! 
– Oui, merci, Maria.
Je m’installe en terrasse, face à la mer, comme chaque matin depuis que je suis de retour en Italie. J’aime bien travailler au son des tasses qui s’entrechoquent. Et, au Mamma Maria, j’ai toujours de la compagnie. Il y a ceux qui viennent tuer le temps. Il y a les enfants qui rêvent devant le comptoir à glaces. Il y a les ados qui sirotent un soda, monsieur le curé, et, surtout, mes partenaires de scopa.
Ici, on vient échanger quelques mots, partager un apéro, esquiver la solitude ou écouter Celentano. Moi, je viens pour me persuader que j’ai bien fait de quitter Paris… et l’autre abruti.
Il fait quand même meilleur ici.
Et puis, on cherche aussi à profiter de la bonne humeur (ou non) de Maria, qui mène, comme une mamma, tout ce petit monde à la baguette.
Bref, j’ai enfin retrouvé mon village paisible.
Enfin, paisible jusqu’au jour où… »
photostudio_1555885425446

J’ai sorti Mamma Maria de ma Pile à Lire car j’étais à la recherche d’un feel-good à partager avec les lecteurs de France Bleu Touraine. J’ai découvert Serena Giuliano lors de la sortie de son premier roman Ciao Bella et j’ai commencé à la suivre sur Instagram. J’ai alors découvert une nana drôle, bienveillante, une fan de Friends qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui est une super copine de Virginie Grimaldi. Regarder ses stories sur Instagram est devenu un petit rendez-vous quasiment quotidien. Mais je n’avais pas encore eu l’occasion de lire son roman. Et Mamma Maria est sorti. Après quelques semaines dans ma Pile à Lire, j’ai décidé de découvrir enfin la plume de Serena Giuliano, qui a fait le choix d’écrire en français.

Sofia est traductrice. Elle est revenue dans son petit village après sa rupture, quittant un Paris qui lui rappelait trop la vie à deux. Désormais, elle vient chaque jour au café de Maria pour travailler, discuter avec ses amis et profiter de la verve de la propriétaire du bar. Maria a soixante-cinq ans et tient le Mamma Maria. Elle est le cœur du village, n’a pas la langue dans sa poche, une passion pour Adriano Celentano et pour les prises de bec avec sa belle-fille. La vie pourrait être douce à jamais, mais un jour Sofia se retrouve détentrice d’un secret qu’elle ne peut partager, car elle ne sait pas à qui elle peut vraiment faire confiance.

Je m’attendais à un feel-good tout simple et j’ai été très étonnée de la tournure que prenait l’intrigue. Agréablement. On découvre cette histoire à travers les yeux de Sofia et de Maria. Une histoire très actuelle et traitée avec justesse. Je ne vous dévoilerai rien, car j’ai aimé être surprise. J’ai aimé aussi les personnages. Sofia et Maria, bien sûr, mais aussi tous les personnages secondaires qui apportent beaucoup.

Pour lire Mamma Maria, je me suis totalement immergée. J’ai écouté Adriano Celentano grâce à la playlist de Maria, téléchargée avec l’application Lisez et j’étais en Italie. Ne manquaient qu’une terrasse et un Spritz pour que tout soit parfait – j’ai ri des difficultés de Maria à prononcer le nom de ce cocktail car cela m’a rappelé quelques souvenirs de vacances. J’ai ri des piques que s’envoient Maria et sa belle-fille, des aventures rocambolesques de Sofia et ses amis à Paris. J’ai ri, beaucoup ; chantonné, de temps en temps ; essuyé mes larmes, une fois. Serena Giuliano m’a cueillie, donné envie de vacances et rappelé que l’être humain est plutôt bienveillant et qu’il reste de l’espoir (note à moi-même : ne pas oublier que ce sont les moins bienveillants qui font le plus de bruit, cela ne signifie pas qu’ils sont les plus nombreux). Et c’est très réconfortant. Allez, je vous laisse en vous faisant 24000 bacis. Je m’en vais ajouter Ciao Bella à ma wish-list.

Pour écouter ma chronique passée sur France Bleu Touraine, c’est par ici.

photostudio_1555881547414

Mamma Maria – Serena Giuliano – Cherche-Midi – 240 pages (mars 2020)

Publicité

6 réflexions sur “Mamma Maria – Serena Giuliano

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 5 épisode 10 | Mademoiselle Maeve

  2. Pingback: Ciao Bella – Serena Giuliano | Mademoiselle Maeve

  3. Pingback: Serena Giuliano – Mamma Maria | Sin City

  4. Pingback: E / H | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s