Le millième jour de la marmotte – Fanny Gayral

photostudio_1655284036419

resume« Ah, si chaque journée pouvait être identique à celle de la veille, Éléonore serait comblée : gestion de patrimoine, petits arrangements avec la misogynie ordinaire de son père et ses quatre frères, amour parfait avec son petit ami qui s’apprête à la demander en mariage le soir de ses vingt-huit ans. Hélas, rien ne se déroule comme prévu et l’annonce est fracassante : son amoureux veut faire un break. Il la met à la porte de leur appartement commun. Ayant appris ses déboires, une richissime cliente lui propose de l’héberger dans son luxueux appartement parisien. Éléonore y rencontre la star du développement personnel en France qui n’est autre que le petit-fils de sa cliente. Elle découvre vite que ce coach de vie est loin d’être aussi positif que dans ses vidéos. Tout juste quitté par sa femme, il s’effondre, et refuse d’assurer ses coachings. Éléonore décide alors de prendre les choses en main ! Mais est-elle vraiment prête à s’aventurer hors de sa zone de confort ? Une lecture hautement jubilatoire, où il est question du Dieu du Yogi Tea, de changement de vie, et de grenouille intérieure ! »
monavis

J’avais plutôt bien aimé Médecine 2e année de Fanny Gayral. Alors quand mon amie Stelda m’a dit que son nouveau roman Le millième jour de la Marmotte venait de sortir, je me suis dit que ça serait une bonne idée de le chroniquer sur France Bleu Touraine, car Fanny Gayral est installée en Touraine. Et puis, je ne sais pas vous, mais moi ce titre Le millième jour de la marmotte, cela m’a immédiatement fait penser à un de mes films favoris au monde – AU MONDE ! – Un jour sans fin, autrement appelé Le jour de la Marmotte. Ce film, sorti en 1993 raconte l’histoire de Phil Connors (Bill Murray), un journaliste météo grincheux qui revit à l’infini la même journée, celle de la Fête de la marmotte. Il se retrouve coincé avec l’équipe de tournage et sa productrice Rita (Andie MacDowell) dans le petit bled de Punxsutawney. Vous feriez quoi si vous viviez toujours la même journée ? Phil, lui, a pas mal d’idées. Et moi aussi d’ailleurs si je commence à y réfléchir, mais je me demande si finalement je ne finirais pas par en avoir assez de faire des tas de trucs et de me réveiller le matin en ayant tout à refaire. Mais ce serait l’occasion d’apprendre la guitare, l’italien, la broderie pour quand la situation se décoincerait. Mais bon, là n’est pas le sujet. Le sujet, c’est bien Le millième jour de la marmotte.

Eléonore est gestionnaire de patrimoine et le lendemain, pour son anniversaire, son fiancé et collègue va la demander en mariage, elle en est sûre. Il veut lui parler de quelque chose et quand elle y pense il est un peu secret depuis quelques jours. En attendant, elle dîne chez son père avec ses quatre frères pour l’occasion et elle s’attend à une énième soirée virile à base de conversations misogynes et sportives. Pas facile d’être la fille parmi une horde de garçons. Vous vous doutez bien – parce que ça se passe toujours comme ça quand une femme s’attend à une demande en mariage dans les romans – que le fiancé d’Eléonore va la quitter (enfin plutôt lui demander de quitter leur appartement). Elle va ainsi se retrouver chez une de ses clientes qui n’est autre que la grand-mère de Florian Desjours, dont elle adore les vidéos de développement personnel. Eléonore va tout mettre en œuvre pour reconquérir son fiancé. Mais est-ce vraiment l’idée du siècle ?

Fanny Gayral est médecin et psychothérapeute. Elle aime ajouter une pointe de développement personnel et de pensée positive dans ses romans. Comme Raphaëlle Giordano ? Oui, enfin ce serait comme Raphaëlle Giordano si Raphaëlle Giordano glissait des concepts de développement personnel dans ses romans au lieu de bidouiller des histoires autour d’un concept de développement personnel. C’est comme la comédie musicale Mamma Mia. Il fallait une histoire pour mettre un max de chansons d’ABBA et au final, l’histoire ne tient pas la route. Alors, certains apprécient d’avoir le plus possible de hits du groupe et d’autres aimeraient que l’histoire soit à la hauteur (je sais de quoi je parle, je l’ai vue deux fois, oui deux fois. Et une fois en film. Et vraiment l’histoire n’est pas géniale-géniale). Je sais que Raphaëlle Giordano vend des tas et des tas de livres, donc ses histoires plaisent et c’est tant mieux si ses lecteurs la trouvent inspirantes. Mais ça ne fonctionne pas avec moi. Mais bon, encore une fois, là n’est pas le sujet. Le sujet, c’est bien Le millième jour de la marmotte.

J’avais bien aimé les notions d’empathie et de communication non-violente évoquées dans Médecine 2e année. On retrouve dans Le millième jour de la Marmotte cette sensation de bienveillance. Pour Eléonore, la « pause » demandée par son petit-ami et son arrêt de travail va être l’occasion de réfléchir à sa vie, qu’elle soit professionnelle, familiale, amicale ou amoureuse. Même si elle est douée pour la gestion de patrimoine, a-t-elle vraiment envie de faire ce métier ? Même si elle a appris à faire avec le fait que son père s’intéresse moins à elle, est-ce que cela signifie que les choses doivent rester telles qu’elles sont ? Si ces frères se montrent odieux en parlant des femmes, doit-elle continuer à serrer les dents ?

Son séjour chez Madame de Garic va tomber à pic pour qu’elle puisse faire son introspection. Et un nouvel entourage est souvent aussi l’occasion de voir les choses autrement et d’avoir de nouvelles opportunités. Eléonore va s’en rendre compte.

Je n’ai pas appris de nouvelles choses sur le développement personnel en lisant Le millième jour de la marmotte et ça ne sera pas non plus votre cas, à moins que ce domaine vous soit totalement étranger. Mais ce roman est un peu l’équivalent d’une longue conversation avec quelqu’un qui vous veut du bien. Il n’y a pas d’injonction au bonheur. D’ailleurs le personnage de Florian montre bien que l’on peut maîtriser le sujet et pourtant ne pas aller bien, ce n’est pas incompatible, ça arrive. C’est humain. Mais si l’on veut changer les choses, il ne faut pas toujours attendre le « bon » moment, parce que parfois ce moment n’arrive jamais. Mais il y a des moments dont il faut se saisir pour en faire les « bons ».

J’ai apprécié ce roman qui fait du bien au moral. L’ambiance est bienveillante et Eléonore attachante, même avec sa petite manie de boire tout le temps du Yogi Tea, de se fier aux petits mots écrits sur le petit carton des sachets de Yogi Tea et de parler un peu trop du Yogi Tea (je me suis même demandée si Fanny Gayral avait un partenariat avec la marque – je plaisante mais il est beaucoup question de Yogi Tea dans ce roman. Ceci-dit, ça change du Mojito, boisson fétiche des comédies romantiques). Bon, je m’égare avec cette histoire de thé. Encore une nouvelle fois, là n’est pas le sujet. Le sujet, c’est bien Le millième jour de la marmotte. Et Le millième jour de la marmotte, c’est un roman vraiment sympa, vraiment feel-good. Alors si vous cherchez un roman qui parle de développement personnel, sortez des sentiers battus et laissez-vous tenter par Fanny Gayral qui est, rappelons-le psychothérapeute et médecin. Et qui sait écrire des histoires qui tiennent la route.

Voir ma chronique sur France Bleu Touraine :

signaturevisage

Le millième jour de la marmotte – Fanny Gayral – Eyrolles – 294 pages (juin 2022)

2 réflexions sur “Le millième jour de la marmotte – Fanny Gayral

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 7 épisode 6 | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s