Meurtres sans ordonnance – Charles Graeber

photostudio_1655931428179

resume« Pendant seize ans, l’infirmier Charles Cullen a semé la mort à travers deux États et neuf hôpitaux sans être inquiété. S’il a fini par avouer les meurtres de quarante de ses patients, des experts estiment en vérité à quatre cents le nombre réel de ses victimes, ce qui ferait de lui l’un des pires tueurs en série de l’Histoire.
Charles Graeber s’est livré à une enquête journalistique minutieuse basée sur les rapports de police, les documents judiciaires, et enrichie par des interviews des principaux protagonistes de l’affaire – dont Cullen lui-même…
À la croisée des chemins entre De sang-froid et Le Chant du bourreau, ce true crime dresse le portrait glaçant d’une personnalité aux multiples facettes, incarnant à la perfection la complexité de la folie. »
monavis

J’ai un petit faible pour les true crimes, les histoires de tueurs en série, de tueurs tout court. J’aime toucher du doigt l’âme humaine et comprendre ce qui a vrillé à un moment pour qu’ils passent à l’acte, se laissant envahir par le mal. Et puis aussi parce que ça me fascine un peu. Lorsque j’ai vu Meurtres sans ordonnance de Charles Graeber sur NetGalley, je me suis dit que cette enquête sur l’histoire vraie de l’un des pires tueurs en série du XXe siècle pourrait bien être intéressante. D’autant que son nom ne me disait absolument rien – non pas que j’ai une grande connaissance des tueurs en série non plus, hein.

Charles Cullen est actuellement à la prison d’État du New Jersey à Trenton depuis 2006. Il a été condamné à onze peines de prisons à vie. A priori, on devrait être tranquilles, il ne devrait pas pouvoir sortir avant 2403. Mais qu’à fait Charles Cullen pour mériter une telle peine ? Le titre Meurtres sans ordonnance nous donne un bel indice : le milieu médical. Charles Cullen a exercé en tant qu’infirmier durant seize ans et en a profité pour tuer des patients avec des petits cocktails médicamenteux de son cru. Il a avoué quarante meurtres de patients mais on le soupçonne d’en avoir tué quatre cents. Alors évidemment pas dans le même hôpital. Quand Charles Cullen sentait que ça commençait à chauffer pour lui – ou lorsqu’il était carrément viré – hop hop hop, il trouvait un poste dans un autre hôpital qui le voyait comme une bénédiction car il travaillait en soins intensifs. Puis, on commençait à le trouver bizarre et on constatait que depuis qu’il était là, le taux de mortalité augmentait pas mal (c’est pour ça que les quarante morts, ça me paraît un peu léger. On a parfois l’impression qu’il tue tous les jours des patients et quarante en seize ans, ça ne fait que 2,5 morts par an). Et on lui demandait de partir. Ou quand encore une fois il commençait à avoir chaud aux fesses, il faisait une tentative de suicide pour être hospitalisé quelques temps.

Charles Graeber a interviewé les proches de Cullen ainsi que Cullen lui-même pour dresser son profil psychologique et comprendre ce qui a déclenché sa folie meurtrière. Son histoire familiale, sa relation avec les femmes – conseil, ne vous approchez pas de lui au risque de le voir entrer chez vous la nuit pour vous regarder dormir. Ensuite, Graeber raconte la traque de la police. Pas simple pour elle lorsque les hôpitaux ne veulent pas parler. Mais à force de persévérance…

Meurtres sans ordonnance est un portrait complet de Charles Cullen. Et j’ai trouvé que c’était quand même un sacré pauvre type. Comme souvent quand on y pense. Un sacré pauvre type flippant. Mais vraisemblablement ça n’était pas évident puisqu’il trouvait facilement des postes, arrivait à se mettre en couple et à forcer l’admiration de certains collègues (pas tous quand même).

J’ai trouvé cette lecture assez passionnante malgré quelques longueurs. Et je vous le conseille si vous aimez les true crimes. En revanche, il faut que je vous raconte un truc, ça va peut-être vous faire rire – ou vous effrayez vous me direz. Pendant ma lecture, je suivais cet infirmier qui ajoutait dans les poches des malades des produits qui allaient les tuer sans forcément que ça se voit. Et après avoir injecté les poisons, hop, il filait. Et là, j’ai pensé « mais quel est l’intérêt ? Il ne les voit pas mourir et il ne les torture même pas ». Je me suis fait un peu peur.Je suis sûre que Nathalie de Mes lectures du dimanche me comprendra !
signaturevisage

Meurtres sans ordonnance, l’histoire vraie de l’un des pires tueurs en série du XXe siècle – Charles Graeber – Presses de la Cité – 368 pages (mars 2022)

6 réflexions sur “Meurtres sans ordonnance – Charles Graeber

    • Tu as totalement raison ! J’ai jeté un œil à Mona article tout à l’heure et j’ai vu que j’avais laissé un copier coller après avoir vérifié l’orthographe.
      Tu as très bien fait de me le signaler, c’est vraiment gentil.
      Et oui, cette histoire est intéressante et assez fascinante car ça aurait pu durer moi s bien longtemps si les hôpitaux l’avait dénoncé. Je ne sais pas si le documentaire est déjà sur Netflix mais je pense que je le regarderai !
      Encore merci Jean-Claude

      Aimé par 1 personne

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 7 épisode 6 | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s