Dix âmes, pas plus – Ragnar Jónasson

photostudio_1673204831856

resume« Recherche professeur au bout du monde. » Voici une petite annonce qui découragerait toute personne saine d’esprit. Pas Una. La jeune femme quitte Reykjavík pour Skálar, l’un des villages les plus reculés d’Islande, qui ne compte que dix habitants. Malgré l’hostilité des villageois. Malgré l’isolement vertigineux.
Là-bas, Una entend des voix et le son fantomatique d’une berceuse. Et bientôt, une mort brutale survient. Quels secrets cache ce village ? Jusqu’où iront ses habitants pour les protéger ?
monavis

Quand le nouveau roman de Ragnar Jónasson A qui la faute est paru, je me suis dit qu’il était temps de sortir Dix âmes pas plus de ma Pile à lire, d’autant que je n’avais jamais lu de livre de cet auteur et traducteur islandais qui cartonne (plus d’un million de romans vendus). Bon, ben du coup voilà, j’ai lu Dix âmes pas plus.

Le résumé avait l’air franchement sympa. Una, une institutrice qui vivote à Reykjavik, répond à une offre d’emploi qui recherche un « professeur au bout du monde ». Elle n’a plus rien à perdre. Son compte bancaire est vide, sa seule amie se lasse d’elle. Embauchée, elle part pour Skálar, un village ravitaillé par les corbeaux situé à la pointe est de l’île. Un village de dix habitants. Isolé. Où il fait tout le temps nuit. Una aura deux élèves Edda et Kolbrún. Elle est hébergée par la romancière Salka, la maman d’Edda. Si Una est bien accueillie par Salka et Edda, d’autres habitants voient sa venue d’un mauvais œil, surtout Gudfinnur, l’Armateur, le patriarche. En tout cas, l’ambiance générale n’est pas géniale, géniale, même plutôt hostile. Un peu comme si Una était arrivée dans une pièce complètement silencieuse parce que ceux qui sont déjà dedans était en train du dire du mal d’elle. Ajoutons à cela le fantôme d’une petite fille qu’Una voit dans la maison et les bouteilles de vins qu’elle cache dans sa chambre… Bref, partir « au bout du monde » n’est peut-être pas la meilleure idée que l’institutrice ait eue. Et puis il y a cet homme qui disparaît. Oui, on a dit « dix âmes pas plus » donc pas plus. Et avec Una, il y en a déjà une de trop…

L’ambiance du roman est à l’image de ce que peut ressentir Una dans ce village isolé. Une certaine angoisse. Una est comme confinée avec des gens hostiles qui gardent des secrets et qui aimeraient bien rester entre eux. Sans elle.

Évidemment, j’avais envie de savoir comment tout allait se finir et quand Una allait décider de partir de ce maudit endroit. De cet endroit hanté par le fantôme d’une gamine morte empoisonnée. Et il y a aussi cette histoire d’assassinat et de condamnation que l’on découvre au fur et à mesure. Bref de quoi tenir le lecteur en haleine.

Malheureusement, je n’ai pas vraiment accroché. Il faut dire que je ne me suis pas franchement sentie la bienvenue à Skálar, moi non plus. Pour une première avec Ragnar Jónasson, je suis un peu déçue, mais on verra avec A qui la faute. J’aimerai peut-être plus.

En tout cas, si vous aimez les ambiances nordiques et confinées et que vous avez envie de découvrir – ou de retrouver – l’Islande sauvage, laissez-vous tenter.

signaturevisage

Dix âmes, pas plus – Ragnar Jónasson – La Martinière – 352 pages (janvier 2022)

Publicité

4 réflexions sur “Dix âmes, pas plus – Ragnar Jónasson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s