L’épopée du perroquet – Kerry Reichs

l-epopee-du-perroquet-kerry-reichs

le-resume

« Cette fois, la coupe est pleine ! À 25 ans, Maeve est sur le point de craquer. Alors qu elle vient de perdre son job, ses parents ont décidé de lui couper les vivres pour l aider à se prendre en charge…
Ni une ni deux, Maeve, accompagnée de son perroquet Oliver, part refaire sa vie à Hollywood. Mais c est compter sans le destin qui s acharne. En pleine traversée des États-Unis, sa voiture rend l âme au milieu de nulle part. Voici Maeve coincée avec son perroquet, loin des siens, loin de son rêve, dans une petite ville perdue du fin fond de l Arizona. Petite ville perdue certes, mais qui recèle bien des charmes, comme Maeve ne tarde pas à le découvrir… Au point de renoncer à rejoindre la mythique Hollywood ? »

monavis

Lorsque l’on me recommande chaudement un roman, je me sens comme investie d’une double mission : celle de le lire bien sûr, mais aussi celle de l’aimer (c’est parfois plus difficile). Heureusement, j’ai la chance d’avoir une famille et des amis qui me connaissent bien et qui se trompent rarement dans leurs conseils. Ouf.

L’épopée du perroquet  c’est ma copine Chloé qui m’a invitée à le lire, me disant qu’il allait me plaire et que je ne pouvais pas passer à côté d’une héroïne appelée Maeve. Effectivement, j’avoue, une héroïne qui s’appelle Maeve a piqué ma curiosité.

Peut-être que le nom de Reichs vous semble familier ? Si oui, c’est normal. Kerry Reichs est la fille de la romancière Kathy Reichs, l’auteure des aventures de Temperance Brennan (Bones, si vous préférez).

L’épopée du perroquet aurait pu être une énième comédie romantique que l’on oublie quelques mois après sa lecture. Mais certains éléments du roman ont retenu mon attention (oui, en plus du nom…). Maeve adore les villes aux noms étranges, rien d’étonnant donc a ce qu’elle atterrisse à Nulle-Part. Cela m’a fait penser à Document 1 de François Blais l’histoire de ce couple de Québécois qui rêvait de faire un road trip de Grand-Mère à Bird-in-Hand. Maeve est débrouillarde et trouve rapidement des jobs qui lui permettent d’avancer dans son périple, même si les jobs consistent à porter un costume d’âne pour vanter les mérites du restaurant de tacos le plus proche. Et surtout Maeve a eu une leucémie et ses blessures sont loin d’être refermées.

Quand j’ai commencé la lecture de L’épopée du perroquet, je ne m’attendais pas à un roman comme celui-ci, un roman sur la renaissance, la peur de la maladie et du regard des autres, la peur de vivre aussi. Alors L’épopée du perroquet, c’est un peu triste parfois, mais touchant surtout. On s’attache à cette fille, à son oiseau et ses chaussettes fantaisies. Un joli roman.

L’épopée du perroquet – Kerry Reichs – Piments

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s