Tout n’est pas perdu – Wendy Walker

photostudio_1521656361332

le-resume

« Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, et lui confient leurs pensées les plus intimes, laissant tomber leur masque pour faire apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. »

monavis

J’ai découvert Wendy Walker en lisant Emma dans la nuit. J’avais bien aimé ce thriller, plutôt intrigant, sans toutefois être totalement convaincue. J’aurais sans doute dû rester sur ma première impression et passer à autre chose, mais que voulez-vous : quand j’ai découvert que le premier roman de Wendy Walker, Tout n’est pas perdu, était en cours d’adaptation par la Warner, j’étais curieuse. Et quand j’ai vu qu’il était à la bibliothèque, j’ai craqué.

Jenny Kramer, quinze ans, a été violée durant une soirée. On propose à ses parents de faire oublier le viol à la jeune fille, pour lui éviter le traumatisme. Le père, qui espère que sa fille se souviendra de quelque chose qui permettra d’appréhender le violeur est contre, mais la mère insiste et Jenny perd ses souvenirs. Quelques temps plus tard, après une tentative de suicide, Jenny veut retrouver le contrôle de sa vie et la famille fait appel au thérapeute Alan Forrester. Mais vrais souvenirs ou suggestions ?

Ce roman passionnera les amateurs de psychologie. Enfin, peut-être. Personnellement, j’ai eu du mal à entrer dans cette histoire, pourtant bien ficelée. On peut s’interroger sur les bienfaits de l’oubli et de la suggestion. Et c’est tout l’intérêt de Tout n’est pas perdu. C’est en tout cas assez glaçant et cynique. J’en reste toutefois à ma première idée : j’aurais dû m’arrêter après Emma dans la nuit et attendre la sortie de l’adaptation par la Warner, qui, elle, peut être vraiment top. Mais le roman ne m’a pas vraiment convaincue, ni transportée. Ça arrive.

signature

Tout n’est pas perdu – Wendy Walker – Sonatine – 408 pages (mai 2016)

Acheter ce roman chez Cultura

6 réflexions sur “Tout n’est pas perdu – Wendy Walker

Répondre à Mademoiselle Maeve Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s