Gray – Leonie Swann


photostudio_1555885361723

«Augustus Huff, enseignant à la célèbre université de Cambridge, est bien ennuyé : un de ses étudiants a trouvé la mort après une chute de plusieurs mètres. Tragique accident ou meurtre de sang-froid ? Augustus penche pour la seconde hypothèse, car le disparu était tout sauf un ange. Avec l’aide de Gray, le perroquet du défunt, il part à la recherche de l’assassin. Mais l’oiseau se révèle être fort en bec et l’enquêteur pas franchement doué. Rapidement, c’est Gray qui posera les bonnes questions et conduira Augustus sur les traces du coupable.
Leonie Swann nous entraîne dans une enquête palpitante menée par un universitaire farfelu et le plus charmant des enquêteurs à plumes !»
photostudio_1555885425446

Cet été, j’ai fait le plein de romans sur Netgalley, craignant de manquer de lecture (excusez-moi, ma Pile à Lire est en train de se moquer de moi, je vais dire à mes 136 livres non lus de se taire pour que je puisse me concentrer sur ma chronique). C’est donc ainsi que Gray est arrivée sur ma liseuse. Et aussi, parce que depuis que ma copine Élisabeth a écrit Les pépètes du cacatoès, je suis plus sensible aux oiseaux dans la littérature.

Juste avant de commencer ce roman – le troisième de Leonie Swann – je me suis demandée si l’histoire n’allait pas être trop farfelu pour moi. En effet, un enquêteur du dimanche et un perroquet forment un duo assez improbable pour que je me méfie.

Néanmoins l’histoire de Gray semble moins étonnante que celle du premier roman de l’autrice, Qui a tué Glenn ? – où les enquêteurs sont les moutons de la victime… Alors un perroquet, finalement, semble presque – presque – banal à côté.

Elliott est un étudiant de bonne famille qui aime l’escalade. On le retrouve mort, vraisemblablement tombé d’un toit de Cambridge. Son tuteur, le professeur Augustus Huff, va hériter, bien malgré lui, de la garde du perroquet d’Elliott. Et va se créer un duo excentrique : un petit volatile qui chante Lady Gaga et ne supporte pas de rester seul et un universitaire plein de troubles obsessionnels compulsifs. Huff va se lancer dans une enquête pour comprendre ce qui est arrivé à son étudiant – accident, suicide, meurtre ? Mais pas facile de poser des questions ou de filer quelqu’un discrètement lorsque l’on a un perroquet facétieux sur l’épaule, un perroquet qui braille « sexe, sexe », « hello Crado » ou « Gaga Oulala, Gaga Oulala, Bad Romance » dans les moments les plus mal choisis.

Finalement, j’ai trouvé Gray vraiment drôle et original, Augustus Huff est un personnage attachant et Gray l’est encore plus – le duo fonctionne du tonnerre. Et l’intrigue est plutôt bien amenée. On ne s’ennuie pas une seule seconde et personnellement, je suis même tentée d’acheter le premier roman de Leonie Swann. A noter aussi que l’autrice est Allemande, ce qui me confirme que je ne suis plus du tout réfractaire à la littérature germanique – là franchement, j’étais persuadée qu’elle était Anglaise, j’ai été trompée par Cambridge – et ça me fait drôlement plaisir !

photostudio_1555881547414

Gray – Leonie Swann – Nil – 432 pages (mai 2020)

7 réflexions sur “Gray – Leonie Swann

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 5 épisode 8 | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s