La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi… – Rachel Joyce

la-lettre-qui-allait-changer-le-destin-d-harold-fry-arriva-un-mardi-rachel-joyce

le-resume

« Ce matin-là, lorsqu’Harold Fry quitte son appartement pour aller poster une lettre, fermant la porte sur son épouse qui passe l’aspirateur, il est loin de se douter que cette promenade deviendra une traversée de l’Angleterre.
Sans boussole ni carte, sans téléphone ni chaussures de marche, il fait le premier pas. La seule chose qu’il sait c’est qu’il doit absolument continuer. Pour sauver une vie.
Jeune retraité à la vie bien rangée, malmené par une épouse exaspérante dans ses paroles et ses gestes, Harold Fry reçoit un matin une lettre d’une vieille amie perdue de vue depuis longtemps qui lui annonce sa mort prochaine. Un courrier auquel il s’empresse de répondre. Une réponse qu’il s’empresse d’aller porter à la boîte aux lettres la plus proche, une impulsion qui lui dicte d’aller jusqu’à la prochaine…
Harold sort de la ville, animé par l’intuition qu’il doit remettre cette lettre en main propre à son amie. Et que, tant qu’il marchera, elle vivra. Poussé par cette conviction indéfectible, Harold entame alors une véritable pèlerinage à travers le pays. L’occasion pour lui de réfléchir sur sa vie, ses regrets, son avenir. »

monavis

J’ai emprunté ce roman à la bibliothèque sur une impulsion. J’en avais entendu parler, je l’avais même vu en tête de gondole en librairie, mais j’avoue qu’il ne m’avait pas tenté plus que ça. Décidément, je suis repartie de la bibliothèque avec des livres qui, pour moi, sortent de l’ordinaire (Une vie de cow-boy faisait partie de ma sélection, tout comme Ne t’éloigne pas) (mais c’est Coben, ça ne compte pas).

Bonne surprise pour moi – enfin, je ne m’attendais pas non plus à une purge – j’ai vraiment bien aimé. Les personnages sont touchants et la marche qu’entame Harold, sans portable, sans chaussures de marche, sur un coup de tête et une discussion avec une vendeuse de station-service, va profondément chambouler la vie du couple.

On sait que le livre sera émouvant, triste, mais il est aussi plein d’espoir, car il évoque la renaissance.

Alors bien sûr, ça n’ira pas à tout le monde de traverser le pays en chaussures bateaux pour se redécouvrir et se pardonner. Mais chacun peut – essayer du moins – laisser sur le bord de son propre chemin les paquets qui lui encombrent l’esprit. La colère, la rancœur… Alors, merci à Rachel Joyce, car à travers ce livre au titre à rallonge, cela a conforté mon itinéraire: je suis sur le bon chemin.

La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi… – Rachel Joyce – XO Editions

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s