Les Assassins – R.J. Ellory

Les-assassins-rj-ellory

le-resume

« Sur dix-huit mille assassinats par an aux États-Unis, seulement deux cents sont le fait de tueurs en série. Aussi les forces de police ne privilégient-elles que rarement la piste du serial killer. Lorsque quatre homicides sont commis en quinze jours à New York, selon des modes opératoires complètement différents, personne ne songe à faire un lien entre eux. Personne, sauf John Costello. Documentaliste au City Herald, et véritable encyclopédie vivante des serial killers, celui-ci découvre en effet que les quatre meurtres ont été commis à la date anniversaire d’un meurtre ancien, œuvre à chaque fois d’un tueur en série célèbre, selon des procédures rigoureusement identiques jusque dans les moindres détails. Y aurait-il dans la ville un serial killer qui s’inspire de ses prédécesseurs et leur rend ainsi un funèbre hommage ? En compagnie de Karen Langley, une journaliste du City Herald, et de Ray Irving, détective du NYPD, John va se livrer à la traque de cet assassin très particulier, à l’intelligence aussi fulgurante que morbide et à la virtuosité impressionnante. »

monavis

Je vous ai déjà parlé de mon amour inconditionnel pour les romans de R.J. Ellory, et cette fois-ci ne sera pas la dernière, vous êtes prévenus. Pour moi, tout a commencé avec la lecture du fantastique Seul le silence qui m’a happé dès les premières lignes. Un vrai chef-d’œuvre !

J’ai lu ensuite Les Anges de New York et Les Anonymes qui – s’ils sont un peu moins bien que Seul le silence – sont vraiment excellents.

En passant dans une chouette librairie à Guérande lors d’un petit week-end, je n’ai pas pu m’empêcher de repartir avec Les Assassins. Un Ellory, c’est déjà le bonheur, mais un Ellory qui parle de tueurs en série, il me le fallait absolument !

Les Assassins est absolument génial. Vraiment. Et captivant.

Plusieurs meurtres sont commis à New York sans liens apparents, jusqu’au jour où un documentaliste du City Herald met à jour une effroyable coïncidence entre tous ces crimes : il s’agit de reconstitutions de meurtres commis par des tueurs en série (le Zodiac, Ted Bundy…) reproduits à des dates anniversaires. Mais comment arrêter un tueur qui change constamment d’identité et de modus operandi ?

L’inspecteur Ray Irving va traquer ce tueur aux mille visages, avec l’aide du documentaliste John Costello et de Karen Langley, journaliste au City Herald.

John Costello est un personnage étrange, qui a survécu à l’attaque d’un tueur en série lorsqu’il avait seize ans. Depuis, il semble atteint d’hypermnésie, c’est-à-dire qu’il n’oublie rien. Ses recherches sur les serial-killers en font un allié précieux pour Irving. Et un personnage atypique et particulièrement attachant. Ce que j’aime chez Ellory, c’est que ses romans sont sombres et noirs et pourtant les personnages sont vraiment lumineux, touchants, humains. Les Assassins ne fait pas exception à la règle. J’ai adoré John Costello et Ray Irving. Karen Langley aussi.

L’intrigue nous amène dans un monde inquiétant – et avouons-le – plutôt fascinant. En tout cas, si vous vous lancez dans cette lecture, sachez que vous aurez peut-être, comme moi, toutes les difficultés du monde à lâcher ce roman. Mais n’est-ce pas ce qui fait la qualité d’un thriller ?

Les Assassins – R.J. Ellory – Sonatine

coeurcoeur

Publicités

4 réflexions sur “Les Assassins – R.J. Ellory

  1. Seul le silence, Vendetta (très bien), Les Anonymes, voilà pour le moment ce que j’ai lu et je ne compte sûrement pas m’arrêter là, en achetant Les Assassins et un ou deux qui me manquent

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s