Et si les chats disparaissent du monde… – Genki Kawamura

photostudio_1565281354113
photostudio_1555885361723

« A 30 ans, le narrateur de ce livre apprend par son médecin qu’il est condamné. Il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre. Aussi lorsque le Diable, cet étonnant visiteur en short, lui propose un marché, n’hésite-t-il pas longtemps. Les clauses du contrat ? Effacer, à chaque jour que Dieu fait, une chose de la surface de la Terre lui vaudra 24 heures de vie supplémentaires… Les téléphones, les montres : jusqu’ici, c’est à qui perd gagne… Mais lorsque le Diable lui propose de supprimer les chats, sa vie va alors basculer une deuxième fois… »

photostudio_1555885425446

Encore un roman offert par mon amie Chloé Somewhere over the teapot pour ceux qui connaissent son blog. Elle avait parlé de Et si les chats disparaissent du monde… de Genki Kawamura lors d’une de nos réunion du Bad Book Club et je dois avouer que sa présentation m’avait intriguée. J’ai donc été très contente de ce cadeau.

Ce roman est très court et se lit d’une traite. Il s’agit d’une histoire intrigante, une sorte de fable, qui m’a fait penser au roman de Sophie Divry Quand le Diable sortit de la salle de bain. Oui, je sais, c’est facile comme comparaison : dans les deux histoires, le Diable vient rendre visite au narrateur. Mais la comparaison s’arrête ici.

Le narrateur de Et si les chats disparaissent du monde… apprend qu’il est atteint d’une maladie incurable et qu’il ne lui reste que quelques semaines à vivre. Cet homme qui vit seul avec le chat que lui a confié sa mère avant de mourir reçoit alors une étonnante visite. Celle du Diable en personne. Celui-ci lui propose un drôle de marché : éradiquer de la surface de la Terre un objet pour gagner vingt-quatre heures de vie en plus. Mais c’est le Diable qui propose, sinon ce serait trop simple. Car qui a besoin de moustiques, de raquettes électriques, de Crocs ou de mocassins Gucci fourrés en poils de ragondin ? Mais évidemment, le Diable propose d’abord des objets « importants », téléphones portables, montres. Puis c’est au tour des chats d’être mis dans la balance. Le narrateur va-t-il accepter ?

Ce roman n’est pas un coup de cœur, mais j’ai apprécié cette histoire qui interroge sur la vie, sur ce qui nous entoure, sur ce qu’on laisse derrière nous et sur ce qui est vraiment important. J’aurais aimé plus d’émotion, apprécier un peu plus le narrateur, mais j’ai eu l’impression que le livre manquait un peu de sentiments. C’est le petit bémol. Mais cela reste une lecture plaisante. Merci Chloé !

photostudio_1555881547414

Et si les chats disparaissaient du monde… – Genki Kawamura – Pocket – 166 pages (novembre 2018)

3 réflexions sur “Et si les chats disparaissent du monde… – Genki Kawamura

  1. Pingback: L’homme qui n’aimait plus les chats – Isabelle Aupy | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s