La Nanny – Gilly MacMillan

photostudio_1595341063103
photostudio_1555885361723

« À la mort de son mari, Jocelyn n’a d’autre choix que de revenir s’installer avec sa fille Ruby à Lake Hall, l’austère manoir familial où vit toujours sa mère, aristocrate arrogante et froide.
À peine arrivée, Jocelyn reçoit la visite d’une mystérieuse femme déclarant être Hannah, la nanny qu’elle adorait enfant, disparue du jour au lendemain en 1987. Jocelyn est si contente de la retrouver qu’elle lui propose immédiatement la garde de sa fille, mais très vite, des détails sonnent faux. Peut-elle vraiment lui faire confiance ? Et que s’est-il passé à l’époque ? »

photostudio_1555885425446

La Nanny de Gilly MacMillan est encore un des romans découverts grâce à Netgalley et Les Escales. Quand je l’ai vu dans le catalogue, j’ai immédiatement eu envie de le lire, imaginant déjà une ambiance à la Rebecca de Daphné du Maurier (à noter qu’à chaque fois que j’imagine une ambiance à la Rebecca, je suis déçue, il faut croire que ce roman m’a fortement marquée, il va falloir que je lise un autre de ses romans). Et j’aime profiter des vacances pour faire une cure de thrillers. Bon, mais revenons-en à notre Nanny.

Dès qu’elle a pu, Jocelyn a fait sa vie loin de sa mère. Malheureusement, à la mort de son mari, Jocelyn doit se résigner à revenir chez elle, le temps de retrouver du travail et d’avoir assez d’argent pour élever seule sa fille Ruby. Si Jocelyn est très froide avec sa mère et que leur relation est des plus tendues, un lien se tisse immédiatement entre la rigide aristocrate et sa petite-fille. Un jour lors d’une promenade sur le lac de la propriété, Ruby et Jocelyn découvrent un crâne humain. Celui de la Nanny adorée de Jocelyn disparue du jour au lendemain ? Impossible car justement, la Nanny revient dans la vie de la famille à ce moment-là ? Coïncidence ? Je ne crois pas. Si Jocelyn est ravie, sa mère est sous le choc et Ruby semble détester cette Nanny qui s’invite dans leurs vies.

La Nanny est un roman prenant, qui m’a donné du fil à retordre, car j’ai imaginé des tas et des tas d’hypothèses pour expliquer la situation, mais franchement, je n’ai pas tout trouvé (bravo à celui ou celle qui aura absolument tous les éléments de l’intrigue). En revanche, le personnage de Jocelyn m’a un peu agacée. Sa mère la met en garde contre la Nanny, elle n’écoute pas – soit, elle est fâchée avec elle -, mais lorsque sa fille lui en parle, elle ne percute pas non plus, absorbée par son bonheur d’avoir retrouvée sa Nanny d’amour. Sa fille ! Ce n’est quand même pas ultra compliqué de procéder à quelques petites vérifications ? Jocelyn attend tellement longtemps qu’à la place de sa gamine, je serais vexée. Je sais que cela aurait raccourci le récit, mais ça me semble être le petit point incohérent de l’histoire que par ailleurs j’ai bien aimée.

photostudio_1555881547414

La Nanny – Gilly MacMillan – Les Escales – 432 pages (juin 2020)

3 réflexions sur “La Nanny – Gilly MacMillan

  1. Pingback: Le temps d’un été – Kristan Higgins | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s