Même les méchants rêvent d’amour – Anne-Gaëlle Huon

photostudio_1588332166530
photostudio_1555885361723

«Jeannine, 80 ans passés, a la mémoire qui s’effiloche. Les jours sont comptés avant que ses souvenirs plient bagage. Alors Jeannine fait des listes, toutes sortes de listes. Et surtout, elle consigne dans un carnet ce qu’elle n’a jamais osé raconter. L’histoire d’un secret, d’une rencontre, d’un mensonge. Elle se confie à Julia, sa petite-fille. Quand celle-ci la rejoint en Provence, elle découvre une maison de retraite très animée. Tandis que Jeannine semble déjà partie bien loin, le précieux carnet s’offre à Julia comme un cadeau du destin. Entourée d’une bande de joyeux pensionnaires, la jeune femme va tenter de faire la lumière sur les zones d’ombre du récit. Et lever le voile sur l’histoire d’amour bouleversante qui a marqué la vie de sa grand-mère.
Et s’il n’était pas trop tard pour réécrire le passé ? Après Le bonheur n’a pas de rides, Anne-Gaëlle Huon nous entraîne dans un récit lumineux sur le bonheur, la tendresse, le pardon. Et sur les hasards, parfois heureux, de la vie.»

photostudio_1555885425446

Après avoir lu Le bonheur n’a pas de rides, j’ai eu envie de me plonger dans le roman suivant d’Anne-Gaëlle Huon et ça tombait plutôt bien que je l’avais sous la main. J’aime bien Anne-Gaëlle Huon, j’aime bien la suivre sur Instagram. Elle est drôle et pétillante, on a tout de suite envie d’être sa copine. J’avais bien aimé son premier roman Buzz ! et j’ai vraiment adoré Le bonheur n’a pas de rides. Je n’ai donc pas attendu très longtemps avant d’attaquer Même les méchants rêvent d’amour. J’avais tout de même une petite réticence, car j’aime bien avoir sous la main des romans doudous et j’en ai lus un certain nombre durant le confinement, si bien que j’ai l’impression d’être un peu démunie. Mais bon, il sera toujours temps de me refaire une petite pile pour les jours de déprime.

L’histoire de Jeannine est inspirée de l’histoire de la grand-mère d’Anne-Gaëlle Juin, d’un cahier qu’elle lui a remis. Jeannine aussi a un cahier. Depuis qu’elle a conscience de perdre la mémoire, elle note ses souvenirs pour sa petite-fille Julia. Julia qui, quand elle apprend que sa grand-mère a été obligée d’entrer dans une maison de retraite, décide de la rejoindre. Elle va découvrir le cahier, les souvenirs et les secrets de famille, faire la connaissance de plusieurs personnes qui vont l’aider à sortir de sa coquille. Et se révéler.

J’ai été un petit peu déçue par Même les méchants rêvent d’amour que je trouve un bon cran en-dessous de Le bonheur n’a pas de rides. J’ai moins accroché à l’histoire, aux personnages qui sont moins attachants. Je l’ai trouvé moins drôle aussi, moins touchant. Je n’ai pas passé un mauvais moment, mais un moins bon que j’espérais, flûte. Néanmoins, comme j’ai aimé très fort Les demoiselles et Le bonheur n’a pas de rides, j’aime toujours Anne-Gaëlle Huon et je vous invite à découvrir ses romans !

photostudio_1555881547414

Même les méchants rêvent d’amour – Anne-Gaëlle Huon – Albin Michel – 368 pages (avril 2019)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s