Prendre un enfant par la main – François-Xavier Dillard

photostudio_1607970356284
photostudio_1555885361723

« Lorsque vous lâchez la main de votre enfant, êtes-vous certain de pouvoir la serrer de nouveau un jour ?
Quatre ans après la disparition de leur fille Clémentine dans le naufrage d’un voilier, Sarah et Marc sont rongés par la culpabilité et la tristesse.
Jusqu’à ce que de nouvelles voisines emménagent sur le même palier avec leur enfant, Gabrielle, dont la ressemblance avec Clémentine est troublante. Au contact de cette adolescente vive et enjouée, Sarah reprend peu à peu goût à la vie.
Mais lorsque le destin de Gabrielle bascule dans l’indicible, les démons que Sarah avait cru pouvoir retenir se déchaînent une seconde fois. »

photostudio_1555885425446

J’ai découvert François-Xavier Dillard avec Ne dis rien à Papa, son quatrième roman, découvrant par la même occasion qu’il était Tourangeau et qu’il cartonnait – j’ai eu à ce moment-là l’impression que je tombais de mon arbre, que tout le monde le connaissais sauf moi. Pour ma défense, je ne suis pas une grande fan de polars français et donc je ne m’intéresse pas plus que ça à ceux qui en écrivent.

En voyant Prendre un enfant par la main, le sixième roman de François-Xavier Dillard, sur NetGalley, je me suis dit que cette lecture me permettrait d’approfondir mes connaissances dans le domaine.

Au début du roman, Marc et Sarah sont en plein cœur d’une tempête sur leur voilier et leur fille Clémentine ne survit pas. Quelques années après le drame, alors que Marc multiplie les comportements à risques et  que Sarah ne vit plus que pour pleurer sa fille, de nouvelles voisines s’installent dans l’appartement d’en face. Leur fille, Gabrielle, est le portrait craché de Clémentine. Et quand elle disparaît, les soupçons se dirigent vers Sarah qui semble avoir perdu pied.

Si vous aimez les thrillers de Jacques Expert et de Pierre Lemaitre, vous aimerez ceux de François-Xavier Dillard, car on retrouve tout à fait la même ambiance. Peu de joie, beaucoup de souffrance et des personnages brisés aux comportements borderline.

Dans Prendre un enfant par la main, on fait aussi la connaissance d’une flic qui a bien l’intention de faire tomber un cercle de jeux et qui va se retrouver sur l’affaire de la disparition de Gabrielle.

Si j’ai malheureusement deviné la fin de ce roman – ce qui est toutefois toujours bon pour mon ego – j’ai plutôt apprécié ma lecture – je mesure cela à mon envie de me replonger ou non dans mon livre (par exemple, en ce moment, je ne suis pas pressé d’avancer dans mon roman d’Alexandre Dumas, ce qui me laisse penser que je ne suis pas super emballée par Une fille du Régent). Pour autant, je suis plus emballée par les thrillers anglo-saxons, américains ou scandinaves. Mais j’ai cent fois préféré Prendre un enfant par la main à Hortense de Jacques Expert ou Robe de marié de Pierre Lemaitre.

Pour écouter ma chronique sur France Bleu Touraine, c’est par ici.

photostudio_1555881547414

Prendre un enfant par la main – François-Xavier Dillard – Belfond – 336 pages (octobre 2020)

Une réflexion sur “Prendre un enfant par la main – François-Xavier Dillard

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 5 épisode 11 | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s