Une mort paradisiaque – Catherine Secq

photostudio_1621718569685
photostudio_1555885361723

« Brrr… Mourir au Paradis, en voilà une drôle d’idée ! Sans oser le dire, c’est ce que tout le monde pense le jour où l’on retrouve Hubert de Talmont, honnête chef d’entreprise, inanimé au pied d’une tombe. Dans le cimetière du Paradis qui fait figure de huis clos, aucun assassin ne peut pénétrer sans se faire remarquer. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un suicide. D’ailleurs, beaucoup s’arrangeraient de cette conclusion, sauf moi qui n’y crois pas un seul instant. Comme dirait ma grand-mère, « y croire, c’est bien ; le prouver c’est mieux ». C’est parti pour une nouvelle enquête qui, elle, n’aura rien de paradisiaque ! »

photostudio_1555885425446

En plein dans ma découverte de la série de Catherine Secq sur son héroïne la Commissaire Bombardier, j’ai eu la chance de pouvoir enchaîner tous les tomes à ma disposition et terminer avec cette sixième aventure qui vient tout juste de paraître, Une mort paradisiaque. J’étais bien curieuse de savoir quelle mort pouvait bien être paradisiaque et ce que Josiane Bombardier, le bulldozer, allait bien me réserver.

La flic à la PJ se retrouve à enquêter sur la mort d’Hubert de Talmont, retrouvé au cimetière du Paradis, en plein week-end de la Toussaint, une période durant laquelle les visiteurs sont nombreux. Si tout laisse penser à un suicide, Josiane Bombardier reste sceptique. La victime venait d’acheter des croissants, qui achète des croissants pour le petit-déjeuner de sa femme juste avant de se suicider ? La commissaire, accompagnée de son adjoint Paul Holo, va donc aller contre l’avis du procureur et secouer tous les proches du chef d’entreprise, s’infiltrer dans des soirées gothiques et dans les pubs écossais pour confirmer son intuition.

Une mort paradisiaque est dans la même veine que les précédentes aventures de la commissaire. On y retrouve les ingrédients qui font que cette série est plaisante. Josiane Bombardier est au mieux de sa forme et on en découvre un peu plus sur le passé de Paul Holo et aussi sur celui de la commissaire qui retrouve un copain de fac lors de cette enquête.

Catherine Secq, encore une fois, a croqué ses personnages, et moi ça me plaît bien, ces petits dessins. J’ai bien aimé l’intrigue qui m’a fait passer un bon moment et c’est souvent ce que je demande à un roman.

Pour écouter ma chronique sur France Bleu Touraine, suivez le lien

photostudio_1555881547414Une mort paradisiaque – Catherine Secq – Librinova – 299 pages (avril 2021)

Précédents tomes :
Meurtre bénévole
Ne jetez pas les morts au compost
Le macchabée givré, à servir bien frais
Dédicace sans auteure
Sang rancune mon amour

3 réflexions sur “Une mort paradisiaque – Catherine Secq

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 6 épisode 5 | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s